• L’astuce de Kelly : elle stimule son clitoris hypersensible avec un coton-tige

    Qui dit clitoris dit forcément orgasmes clitoridiens, nous sommes d’accord, mais si le clitoris est une zone extrêmement savoureuse pour la plupart des femmes, c’est aussi une zone hypersensible, voir trop sensible, pour certaines d’entre vous. La stimulation du clitoris dans l’optique de jouir devient alors (très) problématique. D’ailleurs, sachez que beaucoup de femmes ont une sensibilité accrue qui les empêchent de se masturber pleinement. Et c’est plus fréquent qu’on peut le penser.

    Mine de rien, on l’oublie bien trop souvent mais un clitoris rassemble pas moins de 8000 terminaisons nerveuses. Il faut donc le chouchouter de la bonne manière pour qu’il libère tout son potentiel. C’est pour cette raison que je vais vous parler du témoignage de Kelly, une jeune femme de 34 ans de Cannes, qui avait du mal à jouir grâce à son clitoris à cause d’une trop forte sensibilité jusqu’au jour où elle a trouvé une astuce plutôt originale, par le plus grand des hasards.

    Astuce sexe : le coton-tige pour vous faire jouir !

    Le clitoris, un organe dédié au plaisir féminin

    Déjà, une sensibilité au niveau du clitoris est quelque chose de parfaitement normal. Et oui, ne l’oubliez jamais, le clitoris est le seul organe qui est dédié exclusivement au plaisir sexuel. Dès lors, si vous sentez des palpitations, de drôles de sensations etc. lorsque vous frottez par inadvertance le gland ou le capuchon du clitoris, c’est logique. Vous n’avez aucun problème à ce niveau là. Le plus dramatique serait justement de ne rien ressentir donc pas de panique, tout est normal ! 😉

    Par contre, effectivement, cela devient vite compliqué quand il y une gêne, un inconfort voir (pire) des douleurs lors de sa stimulation et ce au point que vous soyez obligée d’arrêter, en pleine action, vos rapports buccaux (cunnilingus), la masturbation avec les doigts en solo ou avec votre partenaire, le frotti-frotta avec le pénis, un gode etc. C’est toute la différence entre un clitoris sensible et un clito (beaucoup) trop sensible. Quand vous ne pouvez plus prendre votre pied, là oui, il y a un souci mais comme toujours, à tout problème sa solution, je vous rassure ! Il n’y a jamais rien d’inextricable.

    Sachez-le, le sexe clitoridien, ce n’est pas quelque chose de binaire dans le sens :

    • je jouis ou je ne jouis pas grâce à mon clitoris,
    • mon clitoris est normal ou pas,
    • ou encore mon clitoris me donne du plaisir ou pas.

    Non, il faut prendre son temps et apprendre à apprivoiser votre clitoris et ce de plusieurs manières afin qu’il vous révèle toute sa puissance orgasmique.

    Avant de rentrer dans le vif du sujet, sachez que le clitoris, vous ne le connaissez qu’en surface, ce qui explique beaucoup de choses (difficultés à jouir etc.).

    Le clitoris, une zone que vous connaissez très mal contrairement à ce que vous croyez dur comme fer

    Le clitoris possède une structure unique

    Et oui, quand on parle de clitoris, les femmes, mais aussi les hommes, pensent le connaitre par cœur car il est là, un peu comme le nez au milieu de la figure. Or, détrompez-vous, voir ce n’est pas connaitre. Pourquoi ? Tout simplement parce-qu’il y a la partie que vous voyez et celle que vous ne voyez pas, aussi importante, et ça, peu de gens le savent. Le clito, c’est donc bien plus que le gland (situé en dessous du pubis) et le capuchon réunis, capuchon (repli de peau) je vous le rappelle qui se rétracte facilement et qui a pour fonction de protéger ce gland lorsque le clitoris n’est pas excité.

    Dès lors, ce clitoris c’est un peu comme un iceberg (cf l’illustration ci-dessous). Et oui, il y a :

    • la partie émergée, ce que vous ne pouvez pas rater (à moins de le faire exprès) à savoir le gland et le capuchon,
    • et la partie immergée, un clitoris constitué par deux corps caverneux internes, 2 corps qui se rejoignent, c’est le corps du clitoris, et qui se séparent, ce sont les piliers, l’ensemble mesurant une dizaine de centimètres (en moyenne).
    • sans oublier les bulbes, la seconde structure du clitoris, composés d’un tissu semblable à celui des corps caverneux.

    Une illustration en 3D de la structure du clitoris

    Je détaille tous ces aspects sur mon blog, notamment dans les articles suivants :

    Savoir cela, pourquoi est-ce si essentiel ?

    En fait, vous allez changer de « paradigme sexuel « car quand on connait son clitoris visible et invisible (c’est vrai pour vous mesdames mais aussi pour vous messieurs), on sait qu’on peut le masturber de différentes manières ! Et surtout, et j’ai beaucoup de retours là-dessus, savoir comment stimuler autrement le clitoris et ne pas se jeter directement sans réfléchir sur le gland, c’est justement stimuler le clitoris dans son entièreté en se focalisant sur la partie interne. Et ça, cela peut justement désensibiliser le clitoris qui est d’habitude trop sensible et ce en passant par un autre chemin entre guillemets, plus du tout frontalement donc trop brutalement pour beaucoup de femmes.

    Stimuler le clitoris partie interne, c’est un peu comme réaliser des préliminaires à la stimulation du clitoris partie externe. Cela aide à exciter ce clitoris qui devient alors ouvert à une réelle stimulation pour donner un orgasme clitoridien. Beaucoup trop de femmes ne sont pas prêtes justement à recevoir cette stimulation avec les doigts notamment (alors qu’elles sont persuadées du contraire). On veut bien trop souvent mettre la charrue avant les bœufs avec le résultat qu’on connait.

    Je vous laisse jeter un œil à mes techniques dédiées présentes sur mon blog (comme celle-ci par exemple) et surtout celles présentes sur ma formation en ligne.

    Travaillez mes techniques pour donner des orgasmes

    Désensibiliser un clitoris, est-ce possible ?

    Comme je vous le disais plus haut, il faut penser stimulation du clitoris dans son entièreté mais ce n’est pas tout. Et oui, quand la stimulation sexuelle du clitoris vous donne envie de tout sauf de continuer, il faut raisonner intelligemment et surtout ne pas vous décourager en vous masturbant une fois de temps en temps voir plus du tout par peur de ressentir ces sensations tout sauf agréables. Non, c’est tout le contraire qu’il faut faire. C’est un peu comme tomber de vélo quand on apprend à en faire. Il faut persévérer sinon on ne remonte plus jamais en selle par peur de tomber justement. Là, et bien c’est pareil ! Voyons ensemble 6 façons (complémentaires) de désensibiliser votre clitoris.

    1. Une histoire de pression

    Pour pouvoir de nouveau ressentir du plaisir lors de la stimulation du clitoris, on peut travailler cette hypersensibilité de différentes façons.

    Il faut viser large

    Préférez les stimulations amples, larges et non pas hyper localisées donc directes sur le gland du clitoris. Dès lors, avec la paume de la main, vous allez effectuer une pression, le gland du clitoris se retrouvant au centre de votre paume. Maintenez cette pression puis stimulez-le en effectuant une danse sexuelle entre guillemets.

    En effet, vous allez réaliser des mouvements circulaires sur cette zone en ne relâchant jamais la pression. Votre main ne doit donc jamais se décrocher de cette zone lors de cette stimulation. Seule ou à deux, vous allez pouvoir baisser la pression au fil du temps et passer de la paume à vos doigts quand vous serez prête. Rien ne presse encore une fois.

    Pensez à bien respirer

    De la même manière, votre respiration doit aussi être contrôlée. Pourquoi ? On a tous eu ce comportement irrationnel lorsqu’on sait que quelque chose de négatif va arriver. On a alors du mal à contrôler sa respiration un peu comme si on allait étouffer, comme si on manquait d’air, d’oxygène.

    C’est le cas de la piqure lors d’une prise de sang par exemple. Et forcément, quand l’infirmière pique, c’est encore pire. On a peur de la douleur donc on ne maitrise plus rien, on subit. Là encore, la respiration a un grand rôle à jouer car plus vous respirez sereinement, avec de longues inspirations et expirations et plus vos muscles, donc votre corps, se relâchent.

    Il n’y a pas mieux pour vous laisser aller, vous détendre. En effet, toute cette anxiété mêlée à une respiration que vous ne gérez plus/pas vous fait anticiper cette douleur clitoridienne. Vous bloquez avant même d’avoir mal en quelque sorte et pire, la douleur semble comme amplifiée.

    Vous allez donc pouvoir faire ce qu’on pourrait appeler de la sophrologie sexuelle, seule, chez vous. Dès lors, inspirez et expirez profondément et pas de manière saccadée durant cette stimulation, c’est important pour ne pas faire un blocage mental et donc par extension physique. Vous verrez, cela va jouer sur vos sensations.

    Il ne faut jamais s’arrêter de tester

    Lorsque vous stimulez indirectement (avec douceur) votre clitoris, il va falloir tester le type de stimulation indirecte qui va vous permettre d’avancer et de désensibiliser votre clitoris. On parlait il y a quelques instants de pressions appuyées et lentes. Il va donc falloir faire varier ces pressions car vous êtes unique donc « ce processus de remise à zéro » de votre clitoris pour le faire accepter une stimulation plus directe va peut-être passer par une pression continue ou par une variation de cette pression (sur un schéma du type « pression, stop, pression etc. »). Vous allez devoir tâter le terrain.

    Vous l’aurez compris, ici, on veut habituer le clitoris à un contact plus direct. Prenez votre temps et analysez vos ressentis, c’est important ! Il n’y a pas le feu au lac, ne l’oubliez jamais. Votre clitoris a besoin que vous le chouchoutiez afin ensuite de vous permettre de le titiller pour avoir des orgasmes clitoridiens de folie ! Passer d’une sensation désagréable voir de douleur à un orgasme, cela ne se fait pas en une séance !

    2. Les préliminaires, il faut en abuser (tout le temps) !

    Plus vous faites de préliminaires, mieux c’est !

    Il faut commencer par cette étape même si cela ne fait pas tout lorsque le clitoris est vraiment ultrasensible. Cela parait évident pour moi que les préliminaires sont essentiels mais cela ne l’est que très rarement pour la majorité des gens donc je préfère me répéter encore et encore.

    Dès lors, on évite tout contact direct avec le clitoris avant même d’avoir fait de vrais préliminaires. Il y a tellement de préliminaires différents qui ne s’attaquent pas directement au sexe féminin. On doit arrêter de faire rimer préliminaires avec cunnilingus ou doigts dans le vagin, non non. Cela a une définition tellement plus globale, plus large.

    Les préliminaires (en solitaire ou en couple), c’est :

    Le but de ces préliminaires ?

    Faire en sorte justement de préparer le sexe féminin à un contact direct, par la suite. On veut donc que le clitoris se gorge de sang. Cette montée en température ne peut pas se faire en se ruant tout de suite sur le clito ou sur le vagin. Il faut même les mettre de côté, dans un premier temps. On veut préparer le physique mais aussi le mental et cela passe forcément par le fait de s’occuper de toutes vos zones érogènes et je dis bien toutes !

    Les préliminaires, c’est une étape essentielle pour faire rentrer tout le corps en ébullition. Sauter sur le clito, au repos, sans qu’il ait eu le temps de se chauffer, c’est la meilleure façon d’avoir mal. C’est un véritable échauffement (comme un athlète) en quelque sorte et ce afin notamment d’activer les corpuscule de Krause, capteurs de plaisir présents sur le gland du clitoris. Plus vous passez du temps à le stimuler indirectement ce clito, par les préliminaires, plus il sera réceptif donc moins sensible lorsque vous le masturberez directement.

    Et quand je parle de préliminaires, je ne parle pas de 3 ou 4 caresses réalisées vite fait en 30 secondes chrono. Non, il faut prendre votre temps donc il faut y passer du temps. 15, 20 ou 30 minutes de préliminaires, ce n’est pas quelque chose de dingue. Le « plus c’est long plus c’est bon » prend ici tout son sens ! Vous verrez, une fois que vous y aurez gouté, vous ne pourrez plus vous en passer !

    D’ailleurs, je vous en parle en long, en large et en travers dans ma méthode et notamment dans un module spécialement dédié aux préliminaires.

    3. Le lubrifiant, à consommer sans modération !

    Cela doit devenir votre « réflexe lub » !

    Et oui, il faut avoir la main lourde sur le lubrifiant, toujours, surtout dans votre situation. Il faut avoir le « réflexe lub' » quand vous vous caressez, c’est important. Cela doit faire partie de votre routine sexe, en solo ou pas d’ailleurs. Or rares sont les femmes (et les hommes) qui en ont sous la main.

    En mettant la dose, vous n’accrochez plus le gland, le capuchon quand vous passez votre main dessus. Vos doigts glissent beaucoup plus facilement et surtout, cette couche de gel a une fonction. Laquelle ? Elle crée une barrière protectrice entre vos doigts et votre clitoris. C’est un peu comme faire un massage avec et sans huile de massage, c’est le jour et la nuit. Avec, c’est tout de suite beaucoup plus agréable. Les frottements prennent une toute autre dimension.

    Là, c’est pareil. Le gel lubrifiant vous permet justement d’atténuer ce contact difficile et d’aborder cette stimulation autrement. Vous aurez beau être douce sans lubrifiant, le passage de vos doigts sur le gland restera compliqué. Vous ne pourrez pas changer l’effet du passage de la pulpe de vos doigts sur votre clitoris, même avec la meilleur volonté du monde. C’est là que le gel joue son rôle à la perfection. Croyez-moi, avec du lubrifiant, cela change tout. Le contact est encore plus doux, plus fluide. C’est votre clito qui va vous dire merci !

    Quels lubrifiants privilégier ?

    Vous avez le choix :

    • un lubrifiant naturel (salive),
    • un lubrifiant à base d’eau ou de silicone,
    • sans oublier l’huile de coco, une huile de coco de qualité, c’est-à-dire une huile pressée à froid et biologique, une huile 100 % pure et naturelle, sans parfum ajouté. Une précision tout de même, on n’utilise jamais d’huile de coco avec un préservatif sous peine d’altérer le latex,
    • et bien entendu pour les gourmandes, on peut aussi tester les lubrifiants (comestibles) aromatisés.

    À noter qu’on oublie la vaseline, souvent très irritante et enclin à provoquer une ruptures des préservatifs (elle aussi).

    Abusez du gel lubrifiant (sexe à deux ou en solo)

    4. Et les sextoys ?

    Si vous êtes très sensible du clitoris, je pense qu’il faut éviter, dans un premier temps, tous les sextoys dédiés à la stimulation classique du clito. Pourquoi ? Tout simplement parce-que beaucoup d’entre-eux (canard vibrant, Magic Wand etc.) fonctionnent sur un principe assez simple : ils reproduisent une stimulation mécanique du clitoris avec les doigts mais avec une intensité complètement folle. Dès lors, ce ne serait pas judicieux d’aller masturber votre clitoris avec un sex-toy « venu tout droit des enfers » et qui reproduirait le type de stimulation que vous ne supportez déjà pas mais avec un coefficient multiplicateur fois mille. 😉

    Par contre, il peut être intéressant de penser à un type de jouet sexuel en particulier, l’aspirateur de clitoris. En effet, dans ce cas, il n’y a pas de contact réel avec ce dernier puisque ces vibromasseurs 2.0 vont créer une aspiration, une succion beaucoup plus douce du gland et du capuchon. Ces jouets sexuels haut de gamme pourraient alors être la solution à votre hypersensibilité. Encore une fois, il faut tester mais le principe de fonctionnement étant totalement différent de la masturbation « classique » que vous avez l’habitude de réaliser avec vos doigts, cela peut donc être malin d’essayer cette autre façon de titiller votre clitoris, beaucoup plus délicate. C’est un peu comme un cunni mais sans contact. Dès lors, vous pourriez très bien y être très sensible mais de la bonne façon cette fois-ci.

    Testez l'aspi à clitos !

    5. Créez votre propre « barrière de protection »

    Utilisez un vêtement

    Comme on l’a vu pour le lubrifiant, on cherche à créer un contact moins direct entre votre clitoris et vos doigts (entre autres). Le lubrifiant joue donc le rôle de barrière. Dès lors, de la même manière, il est intéressant de vous servir d’autres types de barrières auxquelles vous ne pensez pas forcément. Lesquelles ?

    On peut citer :

    • l’astuce de Constance (aussi très sensible du clitoris) qui utilise un coton démaquillant,
    • la bonne idée, et c’est là que je veux en venir, qui consiste à vous masturber par-dessus un vêtement, un sous-vêtement etc. (un string par exemple).

    Le but ici est de limiter au maximum le contact trop direct entre votre doigt et votre clitoris et ce dans le but de diminuer drastiquement cette sensibilité accrue. Cela fonctionne d’ailleurs avec tous les types de tissus. Par contre, privilégiez les tissus fins et doux.

    Servez-vous du capuchon du clitoris

    Et oui, comme barrière naturelle, il n’y a pas mieux. En laissant ce « prépuce féminin » en place, le gland du clitoris caché et au chaud derrière ce petit repli de peau, vous pouvez alors masturber indirectement cette zone hypersensible chez vous.

    Cette seconde peau va donc protéger votre gland de tous ces frottements responsables de cet inconfort voir de cette douleur, tout ce qu’on ne veut évidemment pas quand on cherche à avoir un orgasme clitoridien. Le plaisir, rien que le plaisir, c’est tout ce qu’on recherche ici !

    6. Choisissez bien votre position coquine !

    N’oubliez pas que lors de vos rapports sexuels, votre clitoris est plus ou moins mis à contribution et ce en fonction de la position sexuelle choisie. Dès lors, privilégiez toutes les positions du Kama-sutra qui n’entrainent pas un contact trop frontal avec le gland du clitoris.

    Les positions à privilégier

    Sachez par exemple (liste non exhaustive) que les positions suivantes ont tendance à stimuler le clitoris indirectement (ou à le laisser en paix). C’est donc vous mesdames (ou messieurs) qui dosez donc c’est pas mal du tout justement :

    • l’Andromaque où c’est la femme qui va stimuler son clitoris en se caressant ou en se frottant contre son partenaire,
    • la position de la cuillère qui laisse le clitoris tranquille. Il faudra alors le stimuler avec les doigts,
    • la levrette classique qui met l’accent sur les racines du clitoris donc le clitoris interne,
    • le 69 qui permet à un partenaire à l’écoute de s’occuper avec amour de votre clitoris dans son entièreté (partie interne et externe).

    Les positions à éviter (pour le moment)

    Au contraire, les positions coquines suivantes (liste non exhaustive) favorisent le rapprochement donc les frottements non intentionnels avec le clitoris, (le pubis de votre partenaire contre votre clitoris par exemple), frottements qui sont alors à leur paroxysme. Moins vous contrôlez, plus il faut éviter :

    • la position de l’union du lotus, l’homme en tailleur, la femme (face à son partenaire) s’asseyant sur lui en n’oubliant pas de placer ses jambes au tour de sa taille, les deux corps se frottant alors forcément l’un contre l’autre,
    • la position du cheval renversé (ou l’Andromaque inversé),
    • le missionnaire,
    • la levrette allongée,
    • le 69 (encore lui) si votre partenaire n’en fait qu’à sa tête et qu’il vous fait un cunnilingus mal maîtrisé.

    Bref, vous l’aurez compris, le choix de la position sexuelle n’est pas anodine et ce afin justement de plus ou moins solliciter les différentes parties de votre clitoris lors de ce moment de partage à deux.

    Le sexe, c’est beaucoup de feeling et d’improvisation, certes, mais c’est aussi beaucoup de réflexion afin de ne pas faire de vos orgasmes un événement rare, exceptionnel. Et oui, il est hors de question de s’en remettre au hasard en matière de sexualité ! Il faut être acteur et surtout pas spectateur de vos orgasmes, ne l’oubliez jamais !

    Le principal à retenir : il n’y a pas de normalité en matière de sexualité !

    C’est ce qu’il y a de plus important à retenir ici : ce n’est pas parce-que vous avez un clitoris beaucoup plus sensible que la moyenne que vous avez un problème. Chaque femme est différente, il n’y a donc pas une norme en la matière. Donc oui, vous êtes parfaitement normale ! Et puis arrêtez de vous comparer aux autres, c’est la meilleure chose que vous pouvez faire dès à présent.

    Il faut juste travailler sur votre clitoris (et le « votre » est important ici) et ses particularités afin de le rendre moins sensible et faire en sorte que ces sensations deviennent (enfin) agréables lors de la stimulation sexuelle. Le reste n’a pas d’importance. Concentrez-vous sur vous justement et pas sur le clitoris des autres femmes !

    Ne perdez pas votre temps à vous comparer aux autres encore une fois et mettez plutôt ce temps précieux à profit pour avoir des orgasmes clitoridiens en prenant en compte vos particularités, des particularités que vous ne connaissez pas bien encore (ce qui explique votre situation actuelle) !

    La bonne nouvelle c’est qu’il n’est jamais trop tard pour s’y mettre. Et vous allez vous y mettre, pas vrai ? 😉

    Le truc de Kelly pour exciter son clitoris et jouir

    Le souci de Kelly

    J’en viens (enfin) à l’histoire de Kelly. En effet, cette cannoise commençait à désespérer. Et oui, elle en avait marre de ne pas pouvoir jouer avec son clito et ce afin justement de connaitre le fameux bonheur d’avoir des orgasmes clitoridiens qui plus est après avoir lu consciencieusement tous mes articles dédiés sur mon blog.

    Le problème, c’est qu’elle avait beau essayer tous les types de pressions (appuyées, plus lentes etc.), elle sentait toujours cette gêne, une gêne l’obligeant à stopper toute stimulation en plein acte (en solo et à deux). Dès lors, impossible pour elle de jouir, même avec la meilleure des volontés !

    Elle était dégoutée d’autant plus que ça l’empêchait d’avoir des relations sexuelles épanouissantes. En effet, cela la bloquait pour rencontrer un nouveau petit ami, sachant très bien que cela allait être une vraie galère une fois au lit.

    Sa révélation ?

    Quelle fut sa révélation, l’élément déclencheur qui a tout changé ? Toute nue dans la salle de bain, juste après avoir pris sa douche, elle termine de se mettre du vernis sur les ongles des mains quand elle sent une petite « démangeaison » juste à côté du clito. C’est glamour, je sais. 😉

    Ne voulant pas approcher ses doigts pas encore secs de son sexe, elle attrape un coton tige. En se grattouillant, cela dérape sur le capuchon et là, elle ne peut pas se l’expliquer : pas de sensation de papier de verre mais bien une sensation inhabituelle. Pas de recul, pas de stop mental, non non, rien de tout ça. Elle insiste, décontenancée.

    Un orgasme en se faisant les ongles des mains

    En passant ce coton tige sur son clitoris, encore protégé par le capuchon, elle commence à prendre son pied. Elle hallucine, assise par terre. Dans un état d’excitation qui s’amplifie au fur et à mesure qu’elle se touche avec ce sextoy maison et minimaliste, elle se sent partir, doucement. Et oui, pas de doute, l’orgasme est en train de monter.

    Grâce à ce petit bâton de quelques centimètres, elle découvre des sensations ahurissantes. Après 5 minutes de caresses indirectes, elle se lance. Elle veut aller (beaucoup) plus loin et franchir une étape cruciale. En effet, direction le gland de son clitoris. Elle fait le grand saut en commençant à le stimuler directement. Elle n’en revient pas, elle ne peut plus s’arrêter.

    Plus aucune peur, crainte d’avoir mal, tout roule comme sur des roulettes. Terminée cette appréhension, seul le plaisir règne. Elle sent qu’elle peut s’abandonner, comme si ce n’était plus elle qui tenait ce coton-tige. Elle lâche prise, tout simplement.

    Un lâcher prise qui surprend ?

    Avec les doigts, un gode, une langue etc., impossible de se faire jouir mais là, avec ce petit bout de plastique, tout semble facile alors qu’elle n’était pas du tout prête à ça en plus. Étrange ? Pas tant que ça en fait, c’est en effet très psychologique.

    Ce petit bout de coton, anodin à première vue, c’est un peu un prolongement de son doigt, la douceur en plus. Ce clitoris, elle le touche donc sans le toucher en quelque sorte et parfois, cela suffit à se libérer de ses chaines mentales, des chaines que certaines femmes se mettent toutes seules. Compter sur « intermédiaire » hors du commun, cela aide. Et bien cet intermédiaire, le voici, ce coton-tige, molletonné, suave, moelleux, nuageux, bien moins brutal qu’un godemiché par exemple.

    Toute nue sur le sol de sa salle de bain, elle sent ses muscles se contracter. Parcourue par cette décharge de plaisir qui la rend toute chose, elle jouit ! Oui oui, elle a un orgasme clitoridien, Kelly se laissant bercer par ces coups de bâtonnet ouaté sur le gland de son clitoris gonflé de plaisir. C’est si intense qu’elle reste une bonne dizaine de minutes sur le sol en se demandant ce qui vient de se passer, sonnée par ces sensations, ces émotions fortes, uniques qu’elle vient de vivre.

    Après avoir digéré tout ça, le lendemain, ni une ni deux, elle s’empressa de m’envoyer son témoignage par mail. Je la remercie grandement car il est important ce témoignage ! En effet, Kelly, cela peut être vous donc si vous vous reconnaissez en elle, foncez ! Vous n’avez rien à perdre mais tout à gagner !

    D’autres techniques que votre clitoris va apprécier

    Lorsque vous aurez réussi à faire ami-ami avec votre clitoris et que vous aurez pu le stimuler correctement, sachez qu’il existe de nombreuses techniques pour avoir des orgasmes clitoridiens. Vous aurez envie de tout essayer pour jouir plus fort, plus vite etc.

    Voici quelques articles à lire et surtout des techniques à essayer au plus vite (liste non exhaustive; vous trouverez (beaucoup) plus de techniques dans ma méthode):

    Bref, en conclusion de cet article, et c’est ce que vous devez retenir, sachez que votre clitoris, il faut le connaitre par cœur, le choyer, le chouchouter tout simplement parce-qu’il est unique et qu’il ne réagira pas comme celui de vos copines, de votre meilleure amie, des personnes qui postent des messages sur les forums etc. Vous devez donc vous en occuper et ne pas le laisser dans son coin, c’est une obligation pour justement savoir comment le stimuler correctement et comment résoudre certaines difficultés que vous pourriez rencontrer lorsque vous voulez jouir grâce à lui.

    La compréhension de ce clitoris est un réel investissement, un investissement qui peut résoudre beaucoup de problèmes, vraiment ! N’hésitez pas à vous écouter et à prendre votre temps, ce que les gens font de moins en moins aujourd’hui. Penser à soi et donc se recentrer sur soi-même, c’est déjà faire ce premier pas dans la bonne direction et donc se poser les bonnes questions sur le pourquoi du comment, en l’espèce la raison de cette hypersensibilité. Vraiment, pensez-y !

    Pour finir, n’oubliez pas le petit commentaire qui va bien lorsque vous aurez testé cette astuce ! 😉

    Faites jouir votre femme avec mes astuces

    Continue Reading
    Cliquez ici pour commenter

    Laissez un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    À lire aussi dans la catégorie : La Sexualité

    Les Catégories 🔍

    Alicia témoigne (point G) 🎬

    L’avis d’Antoine (vidéo) 🎬

    Lola en Formation VIP 💬

    À Lire Absolument 🚨

    Ma méthode en détails 💦