Le cunnilingus est une arme de plaisir massif quand elle est bien maîtrisée

Faire un cunnilingus, c’est simple et compliqué à la fois. Car si tout le monde a une langue, ce n’est pas aussi aisé qu’on peut le penser. Si tous les hommes ont un pénis ce n’est pas pour autant qu’ils donnent des orgasmes à chaque fois à leur partenaire, je n’ai pas raison ? Tout s’apprend y compris votre façon de bouger votre langue, vos lèvres sur la vulve de votre partenaire. Tout est une question de zones érogènes, des zones plus ou moins sensibles selon la partenaire avec qui vous êtes. Et pour le savoir, il faut tester et parler même si le langage du corps est aussi un très bon indicateur.

Bref encore une fois de plus, on ne nait pas bon en sexe oral, il y a donc des petites choses à savoir, les 11 commandement du cunni en quelque sorte ! Pourquoi c’est important ? Car faire un bon cunni, c’est préparer votre partenaire à la suite de la relation sexuelle. Et ça, c’est primordial pour lui donner un orgasme trempé ou pas d’ailleurs.

1. Être à l’aise, c’est le b.a.-ba pour du bon sexe oral

C’est comme au cinéma…

Regarder un super film dans un siège tout pourri dans lequel vous n’êtes pas bien installé, cela enlève tout son intérêt au film, n’est-ce pas ? Au final vous ne prenez pas de plaisir et vous ne retenez rien du film. Et bien c’est pareil en matière de sexe notamment quand il s’agit de cunnilingus.

Trouver la bonne position pour votre partenaire, le receveur de ce cadeau divin, c’est être à l’aise physiquement certes donc ne pas avoir mal aux fesses, (mettre un coussin sous ses fesses, être assise ou allongée sur la couette moelleuse du lit…), être bien installée au niveau de son dos, de sa tête (afin de vous voir la lécher, c’est super excitant) mais c’est aussi être à l’aise mentalement, l’un découlant de l’autre et l’un n’allant pas sans l’autre.

Et être à l’aise c’est aussi couper le téléphone, fermer les rideaux pour ne pas imaginer que des voyeurs regardent par la fenêtre… C’est tout compte fait couper court à toutes les petites voix dans la tête de votre partenaire qui gâcheraient ce moment magique entre vous et elle.

Pensez aussi à vous, le donneur de cette stimulation orale

Si votre partenaire doit être bien installée, c’est aussi votre cas car c’est vous qui êtes aux manettes donc installez-vous bien, un coussin sous vos genoux notamment ce qui m’amène à vous parler de la bonne position.

Selon moi la meilleure des positions reste votre femme au bord du lit ou sur une chaise, ses jambes sur votre épaules et vous entre ses cuisses. Vous êtes alors face à sa vulve donc à son clitoris sans avoir besoin de vous baisser ou de vous tordre dans tous les sens pour accéder à son sexe.

C’est mon avis personnel mais être allongé sur le ventre, sur les coudes, en levrette, en 69… ce n’est pas le plus simple. Il faut avoir accès au clitoris, au vagin et au regard de votre partenaire donc selon moi la position votre partenaire au bord du lit est juste parfaite.

2. Donnez une érection à votre femme avant le cunni

Je poursuis le point précédent mais à un niveau encore au-dessus. En effet la mettre à l’aise c’est aussi faire de bons préliminaires avant toute tentative de léchouilles sur le sexe de madame. Une bonne façon de pratiquer de bons préliminaires est de faire comme un chasseur, c’est à dire s’avancer tout doucement vers sa proie, chaque pas réduisant l’espace entre vous et elle. Et votre proie vous l’aurez compris, c’est son sexe !

Embrasser son corps, ses seins, son ventre sans vous diriger directement vers son sexe, c’est la meilleure façon de gorger de sang tout le réseau érectile de votre partenaire. Vous avez le temps, c’est la phrase récurrente qui revient dans ma méthode CAP (le P de préliminaires) car plus vous prenez votre temps et moins elle voudra justement que vous le preniez car elle ne pourra plus résister. Elle voudra que vous commenciez votre ballet de coups de langue.

Il n’y a pas de durée minimum, plus c’est long, plus c’est bon. Car comme un sexe masculin qui entre en érection, le sexe de votre femme (dont le clitoris et surtout lui) entre lui aussi en érection et pour faire le parallèle, faire une fellation sur un pénis au repos n’a aucun intérêt, vous serez forcément d’accord avec moi. C’est pareil pour la femme notamment au niveau du clitoris. Dès lors ne négligez jamais les caresses et les papouilles que vous apporterez à votre partenaire, c’est un gage d’un cunni réussi.

3. Communiquez pour savoir !

Vous aurez beau avoir les meilleures techniques de la Terre, sachez que chaque personne est unique donc tout ne fonctionnera pas sur votre partenaire. Et comment savoir ce qui fonctionnera ? Il faut tester et tout simplement lui poser la question, ce n’est pas plus compliqué. Vous n’êtes pas voyant donc quand vous léchez ses petites lèvres, ses grandes lèvres, son clitoris, l’entrée de son vagin, il faut bien lui demander si cela lui fait du bien. Et oui, vous êtes en couple donc parler sexe ne doit pas être un problème. Si cela l’est c’est certainement la raison numéro un de vos échecs avec elle sous la couette, croyez-moi !

Si elle n’aime pas forcément discuter pendant l’amour, utilisez des codes très simples entre vous. Elle serrera ses jambes autour de votre cou ou elle serrera votre main par exemple quand ce que vous lui faites est juste génial et elle pourra, quand c’est moins bon ou quand elle ressent une gène, lâcher votre main par exemple.

4. Envoyez-lui de bons signaux

Une femme cela se pose beaucoup de questions avant, après mais surtout pendant l’amour. Suis-je jolie ? Est-ce que je sens bon ? Est-ce qu’il aime mon sexe ? etc. Tout peut être une source de craintes et de doutes surtout quand vous êtes à un centimètre de son sexe entre ses cuisses. Mettez-vous à sa place ! Forcément vous vous mettez à sa place lorsque votre partenaire vous fait une fellation. On se sent alors forcément jugé car cela touche à notre intimité la plus profonde et ce même si la personne qui la réalise le fait avec beaucoup d’amour. C’est humain, on n’y peut rien !

Il faut donc lui envoyer de bons signaux et ne surtout pas faire de gaffes monumentales qui pourraient vous interdire ensuite l’accès à cette partie de son corps avec votre bouche. Et oui, une femme vexée, c’est très compliqué à résonner.

Il faut donc ne pas hésiter à la complimenter sur cette partie de son anatomie, lui dire que c’est bon alors que vous êtes en plein cunni, lui dire que vous aimez la lécher… Oui il faut qu’elle l’entende de votre propre bouche. Elle ne peut pas le deviner surtout dans une position où vous pouvez regarder son sexe sous toutes les coutures.

Le but est de la mettre à l’aise afin d’enlever ce stress et ces petites voix de sa tête.

Alors j’ai envie de vous dire attention car elle vous regarde. Les grimaces, les sourcillements, les sourires trop prononcés, les airs interrogatifs… sont à proscrire IMPÉRATIVEMENT !

5. Pendant le cunnilingus, visez son petit bouton de rose mais pas que !

On stimule son sexe de A à Z

J’en parle dans ma méthode en long en large et en travers, le cunnilingus c’est un essentiel car en excitant le sexe de votre partenaire vous éveillez tout son corps à l’orgasme et à l’éjaculation féminine qui l’accompagne.

Dès lors il faut bien le comprendre, le cunnilingus est en effet une stimulation orale du sexe féminin dans sa globalité mais surtout d’une zone bien ciblée à savoir le clitoris et plus précisément le gland du clitoris. Le clitoris est bien plus étendu que ce qu’on peut voir en surface, un peu comme un iceberg. Vous le voyez d’ailleurs sur cette illustration :

 Les secrets du clitoris en image

Le vrai visage du clitoris

Vous le comprenez alors, exciter le clitoris c’est exciter le sexe de votre partenaire en entier, le clitoris étant connecté à l’ensemble du sexe féminin.

Un conseil : pas de brutalité ou de rapidité, le clitoris étant une zone ultra sensible du sexe féminin, chouchoutez-le avec tendresse et amour.

Cependant on oublie bien trop souvent que la vulve de votre femme, c’est un tout et que tout doit être stimulé justement, des pieds à la tête j’ai envie de dire : petites lèvres, grandes lèvres, raphé du périnée…

Je vous apprendrai des techniques dans ma méthode pour vous occuper de ce clitoris et de toute sa vulve vous verrez.

Quelle technique ?

Surprenez votre partenaire : alternez la vitesse, le mouvement de votre langue sur son clitoris (de droite à gauche, de haut en bas, en cercle), aspirez-le aussi, toujours avec douceur et avec l’impératif suivant : jauger si cela lui fait du bien et pour le savoir, demandez-lui encore une fois afin d’être certain que vous êtes sur la bonne voie car il y a bien une personne qui peut vous dire si c’est bon ou pas et c’est bien elle !

Quand on parle de cunnilingus, on pense toujours langue mais servez-vous aussi de vos lèvres pour embrasser son sexe, ses petites et grandes lèvres, son pubis, l’intérieur de ses cuisses… C’est important et extrêmement agréable. Toute votre bouche doit vous permettre de stimuler son sexe un peu comme pour le french kiss.

Et des techniques, il en existe beaucoup ! 😉

6. Elle prend son pied ? Ne vous arrêtez jamais !

Vous sentez que vous avez le bon rythme dans vos coups de langue, que vous avez visé la bonne zone, que la respiration de votre petite amie change, que son corps se tend ? Alors ne stoppez surtout pas ce que vous êtes en train de faire, vous tenez le bon bout j’ai envie de dire.

Contrairement à un homme qui va faire une pause dans la fellation pour faire redescendre la pression parce-qu’il sent que cela va aller trop vite avant de repartir sur une nouvelle excitation buccale, les femmes n’auront pas la même propension à remettre le couvert aussi vite. La couper net dans son excitation, c’est la couper du plaisir qu’elle prend et de l’orgasme qui arrive et qu’elle sent lui tendre les bras. C’est très frustrant pour votre partenaire qui doit alors se remettre dans cet état d’esprit et d’excitation qu’elle aura peut-être mis du temps à atteindre. C’est une différence hommes/femmes, c’est alors très compliqué pour elle de reprendre là où vous l’avez laissé. Il faut repartir de zéro. Quelle déception pour elle mais aussi pour vous !

C’est un peu comme en cuisine, un soufflé qui retombe c’est un soufflé qui ne remontera jamais !

A noter tout de même que le gland du clitoris est très très sensible notamment après l’orgasme (voir douloureux selon les femmes) donc ne vous ruez pas dessus une fois qu’elle a grimpé aux rideaux, visez plutôt son point G pour le laisser se reposer.

7. Analysez le langage du corps

Et oui je viens de vous le dire, ne faite pas une fixation sur son sexe. Le non verbal est essentiel dans la sexualité donc soyez vigilent à toutes ses réactions, à sa respiration haletante ou non, à ses gémissements, à ses jambes qui se resserrent, à ses poings qui se ferment… Ce sont des marqueurs des décisions que vous allez devoir prendre.

Et oui on ne réagit pas de la même manière selon les signes que vous envoie votre partenaire (de façon inconsciente d’ailleurs). « Réaction, action » j’ai envie de dire d’où l’intérêt d’analyser tous ces signes pour savoir si le calme de votre partenaire doit vous faire comprendre que vous pouvez poursuivre le cunnilingus avec la même technique ou si vous devez utiliser une façon différente de la lécher, que vous devez aller plus lentement ou plus rapidement pour la faire jouir ou que le moment où elle commence à se crisper musculairement parlant signifie que vous la stimulez oralement au bon endroit et que l’orgasme est à portée de mains. Tout a une importance !

Dans langage du corps, il y a aussi sa respiration qui doit être prise en compte donc n’hésitez pas à l’analyser car une femme qui a du mal à respirer entre guillemets, cela signifie que l’orgasme est proche; une femme en apnée, cela signifie qu’elle est en plein orgasme… N’hésitez pas aussi à caler votre respiration sur la sienne afin de lui faire prendre conscience de votre excitation, cela lui permettra aussi de s’abandonner encore plus entre vos mains, le langage de votre corps déteignant sur le sien j’ai envie de dire.

8. Vous avez les mains libres, qu’attendez-vous pour les utiliser ?!

Le cunnilingus ce n’est pas juste une histoire de langue j’ai envie de dire.

Cela doit en effet être un savoureux mélange de coups de langue et du passage de vos doigts sur son sexe. Ne vous limitez pas juste au sexe oral à proprement parler. C’est comme ça aussi que vous la surprendrez car c’est une question de texture, la surface de la pulpe du doigt n’étant pas la même que celle du bout de votre langue.

Attention tout de même à avoir des ongles propres, manucurés… Il n’y a rien de pire qu’un coup d’ongle abîmé ou mal coupé sur un clitoris…

Utiliser vos doigts vous permet aussi de faire diversion entre guillemets si jamais vous ressentez un coup de fatigue au niveau de votre langue, de votre mâchoire… car oui un cunni cela ne doit pas durer 2 minutes, plus c’est long plus c’est bon donc durant ce laps de temps, une petite crampe est toujours possible !

De plus pensez-y, vous avez vos mains de libres donc servez-vous en pour stimuler tout son corps alors que vous la titillez avec votre langue : ses seins, son ventre, ses hanches, ses fesses, l’entrée de son vagin… Les caresses sur ses zones érogènes additionnées au cunni et c’est le doublé gagnant pour un orgasme époustouflant. Il serait en effet bête de garder vos mains dans vos poches !

9. Attention à votre barbe…

On y pense rarement mais les poils de barbe sur un sexe féminin y compris sur un clitoris, c’est loin d’être agréable. Rasez-vous donc de près. C’est un détail pour vous mais pas pour elle encore une fois de plus !

10. Votre langue, un organe complexe !

Votre langue est un organe et un muscle à part entière qui possède des textures différentes selon que vous utilisiez le bout de la langue, le plat de la langue… Testez encore une fois toutes les possibilités car chaque langue est unique donc les petites aspérités de votre organe vont certainement faire mouche !

Utilisez aussi du bon lubrifiant comestible avec différents parfums, c’est un petit plus si vous n’êtes pas forcément un adepte du cunni et si votre partenaire ne lubrifie pas forcément énormément.

11. Apprenez à respirer !

Quand on est entre les cuisses de sa partenaire, on peut se précipiter, avoir quelques craintes du seul fait qu’on soit en contact direct avec la peau de sa partenaire, le nez dans le guidon j’ai envie de dire. Bref on peut légèrement paniquer car on peut se sentir physiquement oppressé, un peu comme lorsqu’on retient sa respiration la tête sous l’eau (pour vous donner une image un peu rigolote). Pour éviter cela, il faut apprendre à respirer correctement pendant le cunnilingus. Dès lors inspirez par la bouche et expirez par le nez, c’est le plus simple.

Savoir bien respirer c’est aussi montrer à votre partenaire que vous gérez car il n’y a rien de pire qu’un homme qui a l’air paniqué, perdu.

Savoir bien respirer cela vous évite aussi de vous essouffler donc cela vous permet de concentrer votre esprit sur ce que vous faites car en respirant de la bonne façon, vous vous mettez dans un état d’esprit zen. D’ailleurs n’hésitez pas à vous entrainer avant.

Et vous quelles sont vos astuces pour la rendre folle ?

Amicalement,

Nicolas

P.S. : Il y a beaucoup de choses à savoir sur le cunnilingus pour éveiller le corps de votre partenaire et l’amener à l’orgasme. Je vous en dis plus dans le module 4 de ma méthode.

Continue Reading
Cliquez ici pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Catégories 🔍

Les conseils essentiels 😍

Ma méthode en détails 💦