Une liste exhaustive des différents orgasmes féminins (et comment les déclencher)

Tous les jours, je reçois pas mal de mails de personnes me demandant des infos sur le point G et sur ma méthode. C’est bien, l’idée que le point de Gräfenberg existe et qu’il peut faire jouir rentre dans les mentalités des visiteurs de mon blog. Cependant, 90% de ces mails ne me parlent que du point G. C’est une erreur de ne faire un focus que sur cette zone du corps féminin et de penser que les autres zones érogènes sont accessoires.

Je sais que le point G est entouré de beaucoup de mystères mais il est temps d’ouvrir les yeux sur tous ces autres points géniaux à stimuler pour donner des orgasmes dingues à votre partenaire. Et oui, il n’y a pas que des orgasmes vaginaux ou clitoridiens, point à la ligne. Pas du tout, c’est même tout l’inverse. Dans un arc-en-ciel, il y a plusieurs nuances de bleu, de rouge etc. Pour l’orgasme, et bien c’est pareil.

Dès lors, faire cette liste des différents orgasmes a un but : vous faire comprendre qu’il y a « un autre monde » caché derrière cette ligne d’horizon que vous n’avez encore jamais franchie. L’être humain fonctionne comme ça : quand il sait, il devient curieux et c’est à ce moment là qu’il a envie de voir si cela existe en essayant. Le souci c’est que peu de gens savent. Cela va changer, croyez moi !

Allez, rentrons dans le vif du sujet…

L’orgasme vaginal ou du point G (G-Spot)

L’orgasme que tout le monde connait (en surface)

Je suis obligé de vous rappeler les fondamentaux et l’orgasme du point G en est un. La preuve, j’en ai fait un guide sexuel dédié. Situé à quelques centimètres de l’entrée du vagin (à une ou deux phalanges), le point de Gräfenberg est reconnaissable par sa texture très particulière, une texture spongieuse qu’on ne peut pas rater si et seulement si on excite ce point G correctement grâce à de bons préliminaires.

Savoir reconnaître le point G

Saint-Graal pour certains (et certaines), mirage pour d’autres, il existe pourtant bel et bien. Est-ce la Rolls des orgasmes ? Le sexe étant très subjectif, j’ai envie de vous dire oui et non. En tout cas, cela dépendra de vous car c’est une question de pratique. Plus on stimule son point G et plus on le sort de son sommeil et plus on jouira facilement et fortement.

Comment voulez-vous être vaginale en quelques minutes quand vous avez été clitoridienne durant toute votre vie sexuelle ?! Il faut laisser le temps au temps. En tout cas, quand je lis sur Internet que cela n’existe pas ou que cela ne marche pas (voir que c’est bof niveau plaisir), cela m’énerve au plus haut point.

Des sensations vraiment folles

Sachez que toutes mes partenaires qui ne se pensaient pas vaginales le sont devenues avec des orgasmes bouleversants à la la clé. Frissons, pleurs, épuisement, abattement, convulsions… c’est ça un orgasme vaginal ! Pourquoi ? Tout simplement parce-que le point G est une zone que peu de femmes ont l’habitude de titiller donc les émotions se sont accumulées à cet endroit pendant des années.

C’est un peu comme un élastique qu’on tend, qu’on tend encore et encore puis qui d’un coup éclate. C’est pareil pour ce type d’orgasme, un orgasme qui est du genre à vous mettre vraiment K.O. Il faut juste intégrer le fait que chez la plupart des femmes, il faut souvent un petit temps d’adaptation pour faire ami-ami avec ce point G. C’est « un organe » qu’elles ne connaissaient pas jusque là donc c’est tout à fait normal. Bref, c’est un vrai régal !

L’orgasme fontaine (l’éjaculation féminine ou le squirt)

Qui dit femme fontaine dit point G cependant on peut très bien avoir un orgasme du pont G sans éjaculer. Et oui, le squirt ne se produit que lorsqu’on allie bonnes techniques, celle des cornes taureau par exemple, mise en condition et contraction des muscles pelviens. C’est un tout ! Pour moi, c’est un orgasme vaginal 2.0, aussi bon pour la femme, qui va atteindre un plaisir totalement inconnu, que pour l’homme qui prend du plaisir à faire éjaculer et surtout qui sait qu’il a vraiment pu faire jouir sa femme sans simulation possible.

Comme pour le point G, il y a beaucoup de fausses informations qui circulent (sur internet et ailleurs) sur l’existence ou non de cet orgasme. Urine, fake etc., on dit beaucoup de choses mais moi, je peux vous dire que c’est du concret, que c’est bien réel. J’ai fait éjaculer une tonne de femmes qui ont trempé mon lit, mes draps, mon pénis et même mon visage.

La réaction fut la même à chaque fois : des femmes sous le choc et qui sont devenues accros à cet orgasme liquide. Certaines ont mis du temps à s’en remettre, d’autres ne se reconnaissaient même plus tellement cela les mettait dans un état pas possible. Bref, c’est à vivre au moins une fois dans sa vie. Tout ça cela s’apprend, on y reviendra dans mon guide vidéo.

Les orgasmes multiples (être multi-orgasmique)

Pour moi, le meilleur moyen d’être multi-orgasmique, c’est-à-dire jouir plusieurs fois de suite (avec ou sans pause), c’est de viser l’orgasme fontaine ou squirting. Pourquoi ? Tout simplement parce-que l’orgasme clitoridien est un orgasme puissant mais qui peut « épuiser » le clitoris, souvent très sensible après un ou deux orgasmes.

Avec le point G et l’éjaculation féminine, vous pouvez enchainer les orgasmes sans crainte. Les hommes n’ont pas cette chance de pouvoir éjaculer dix fois de suite (voir plus) mais les femmes oui donc il faut en profiter. Je peux vous assurer que les copines que j’ai rendu multi-orgasmique ont toutes eu la même réaction : « comment est-ce possible ? ». Elles étaient complètement chamboulées (physiquement et mentalement) donc cela interroge.

Pour rendre ces orgasmes encore plus assourdissants, je les mets dans un état d’apnée sexuelle. Elles en perdent leur latin ! Et oui, le truc est de laisser respirer votre partenaire quelques secondes entre l’orgasme et le suivant mais jamais plus de quelques secondes de telle sorte que vous n’allez alors pas casser cet emballement.

Dès lors, ce ne sont pas des orgasmes séparés mais bien une addition d’orgasmes qui va faire monter la jauge du plaisir à son paroxysme. Je me rappelle encore le commentaire d’une ex copine après 8 orgasmes d’affilés : foudroyant selon elle ! En tout cas, c’est sans équivoque, la force « de ces orgasmes à la chaine » est juste incomparable.

De plus, faites éjaculer avec le point G mais pas que. Faites aussi éjaculer avec le point U sans oublier de stimuler toutes les zones érogènes secondaires de votre partenaire afin d’être dans une sorte de cercle infernal du plaisir, un cercle qui n’a pas de fin.

Un orgasme de l’urètre ou du point U (le méat urinaire)

C’est un orgasme extrêmement surprenant et surtout selon moi le plus méconnu. Mesdames, avez-vous déjà eu l’idée d’aller stimuler votre urètre ? Même question messieurs concernant l’urètre de votre partenaire ? La réponse est non et pourtant vous le faites très souvent sans vous en apercevoir lorsque vous stimulez le clitoris. Votre main frotte en effet cette zone, le méat urinaire. C’est même parfois une méprise. En creusant un peu et en discutant avec des ex, et en regardant comment elles se masturbaient, je me suis souvent rendu compte que beaucoup d’entre elles avaient au final un orgasme de l’urètre et non un orgasme clitoridien.

Il est où ce point U ?

Pour 99% des gens, l’urètre et le méat urinaire sont synonymes d’urine et d’envie pressante. Bref, c’est une zone qu’on évite durant la relation sexuelle car on n’y pense même pas et pourtant… Et oui, le méat urinaire est entouré par ce qu’on appelle l’éponge (ou tissu) para-urétrale (cf l’illustration ci-dessous) or ce tissu fait bien partie du point G. En stimulant le point U (ou urètre), vous stimulez donc le point G sans avoir à aller chercher dans le vagin.

La localisation du point U

Il y a donc une connexion entre point G et urètre et elle est forte. Cependant, cet orgasme est très différent. Il est très particulier car il faut dépasser cet aspect psychologique et cette fausse envie d’uriner qui peut-être un peu (voir très) gênante. Ce besoin de faire pipi n’est pas réel, c’est en fait l’orgasme qui arrive. Beaucoup de mes partenaires m’ont d’ailleurs avoué qu’il était presque aussi fort (voir plus) que l’orgasme vaginal classique.

Pourquoi cet orgasme est si puissant ?

Tout simplement parce-que vous allez stimuler le point G d’une façon inédite. Vous allez le stimuler d’une manière beaucoup plus directe que vous ne le pensez car vous n’avez alors pas besoin de glisser un doigt dans le vagin pour aller titiller le point G. Avec l’urètre, vous avez le doigt directement dessus en quelque sorte. Il est alors encore plus facile d’accès mais ça peu de gens le savent.

Je vous en parlerai dans ma formation en ligne car c’est une zone vraiment incroyable ! Une fois que vous y aurez goûté, vous vous demanderez comment vous avez pu passer à côté pendant de si longues années ! Il est là en plus, à portée de main (sans mauvais jeu de mots). Il est sous vos yeux. C’est aussi pour cette raison que vous allez vous dire : il me raconte des bobards, cela ne peut pas être aussi simple. Et pourtant, vous vous rendrez vite compte que je ne mens pas. Il est d’ailleurs temps de tester par vous-même. 😉

L’orgasme clitoridien, un orgasme les doigts dans le nez

L’orgasme le plus accessible

Dans l’esprit des femmes et des hommes, c’est très certainement l’orgasme le plus facile à atteindre. Pourquoi ? Tout simplement parce-que le clitoris, il n’est pas difficile à faire sortir de sa tanière. On le voit, il est à l’extérieur, pas caché dans le vagin comme peut l’être le point G par exemple.

Situé sous le capuchon du clitoris (photo ci-dessous), au niveau de la vulve, stimuler (avec les doigts, avec la langue…) cette zone érectile composée de près de 8000 terminaisons nerveuses, cela reste quelque chose de très aisé et d’instinctif. Il faut dire que le gland du clitoris une fois excité (et en érection) a un seul objectif : faire jouir les femmes. D’ailleurs, il ne sert qu’à ça entre guillemets donc cela aide !

Le capuchon du clitoris

Il y a même des sextoys dédiés au plaisir clitoridien, des jouets que je vous conseille vivement de tester car pour les avoir essayés avec mes partenaires, le résultat est juste pas croyable !

L’orgasme express par excellence !

Alors c’est évident qu’avoir un orgasme clitoridien, c’est magique. C’est juste génial de faire un bon cunnilingus et d’utiliser mes techniques de stimulation pour impressionner votre partenaire. Le gros avantage selon moi, c’est qu’on peut faire jouir en quelques minutes voir même quelques secondes quand on sait « bien se démerder » avec ce fabuleux organe.

Au moment de l’orgasme, il se produit alors des contractions répétées au niveau du vagin, une sensation d’extase qui peut alors durer plusieurs secondes. J’ai même eu des petites amies qui tremblaient de tout leur corps ! J’en ai même vu avoir les yeux se révulser… Si mesdames vous me lisez, vous le savez mieux que moi, c’est un pur concentré de plaisir.

Oui mais y a un mais…

Pour moi, il y a quand même un mais. Et oui, le seul souci avec le clito, c’est que beaucoup de femmes en ont fait leur seul moyen de jouir en se pensant clitoridienne, point barre. Cela fait de ces « croyantes » des « faignantes » selon moi. D’ailleurs, quand je rencontre une nouvelle partenaire sexuelle qui se croit uniquement clitoridienne, j’adore lui prouver par A+B qu’elle ne doit pas se résumer à ça.

En fait, elles ne savaient pas, c’est tout. Quand elles savent, cela change tout et ce n’est pas pour autant qu’elles abandonnent la stimulation du clitoris, bien au contraire. Elle est même super utile, on va le voir avec l’orgasme suivant.

L’orgasme mixte (1+1=2)

Il faut dépasser cette crainte de vexer l’autre

Il faut oser combiner les orgasmes pour en créer des encore plus gros. Le souci, c’est que beaucoup de femmes n’osent pas car elles ont peur de froisser leur partenaire en se touchant devant lui surtout quand monsieur est en pleine action. De quoi je parle exactement ? De la stimulation clitoridienne durant la pénétration vaginale. Et oui, pour beaucoup d’hommes, une femme qui se masturbe alors qu’ils sont en pleine pénétration vaginale, c’est une femme qui ne prend pas assez de plaisir avec leur pénis. Ridicule, voilà le mot qui me vient à l’esprit.

Et oui, je vous l’expliquais dans mon article sur mes techniques de double stimulation, il y a un lien entre le clitoris et le point G. Ici, il n’est pas question de flatter ou non votre ego messieurs mais bien de maximiser le plaisir de votre partenaire en se basant sur des constatations anatomiques. Et oui, en stimulant son clitoris, elle va alors stimuler indirectement son point G donc vous faciliter la tache pour la faire jouir grâce à votre verge ! Pourquoi s’en priver !

Plus on est de fous, plus on jouit !

Cela serait dommage de se passer d’un orgasme si profond où les sensations de l’orgasme vaginal et clitoridien se cofondent. De plus, il faut surtout faire confiance à votre partenaire. Si elle a cette forte envie de jouer avec son clitoris pendant l’amour, il faut la laisser écouter son corps, un corps qui ne ment jamais. Même si elle ne connait pas cette interconnexion entre ces zones érogènes primaires, elle sent que c’est bon. Dès lors, qu’est-ce que vous attendez pour la motiver à se toucher pendant l’amour ?!

Et puis messieurs, si vous voulez vraiment vous assurer (et vous rassurer) de l’efficacité de cette double stimulation avant de l’utiliser en levrette ou en missionnaire, stimulez d’un côté le clitoris et de l’autre le point G avec votre main et votre langue, vos deux mains, un sextoy et votre bouche/votre main/sa main… Toutes les combinaisons sont possibles avant de vous servir de votre sexe. Vous allez ainsi voir que ce n’est pas une question de « je fais mal les choses donc elle a besoin d’une stimulation supplémentaire ». Non, c’est juste une question de plaisir augmenté, point à la ligne. Arrêtez de vous faire de mauvais films ! 😉

L’orgasme du deep spot ou orgasme utérin (A-spot)

Il est où ce A-spot ?

Qu’est-ce que c’est que cette bébête là ? En fait, quand on parle de deep spot, il faudrait en parler au pluriel car il est double. En effet, comme vous le voyez sur l’illustration ci-dessous, il existe un A-spot avant et un A-spot arrière. Moi je les ai appelés les points P car ils sont situés profondément dans le vagin de la femme, P pour « profond ». Pour les curieux et les curieuses, je vous en dis plus ici.

La localisation des deep spots

Un orgasme qui remue de l’intérieur

En tout cas, il est clair qu’on n’a pas l’habitude d’aller « chercher » dans ce recoin du vagin. Dès lors, même sans connaitre le nom de cette zone érogène, c’est logique de n’avoir jamais eu l’occasion de faire jouir sa partenaire de la sorte. Pourquoi ?

Tout simplement parce-qu’on n’ose pas s’aventurer aussi loin/profondément et c’est bien normal. Il faut dire qu’étant situés dans des cavités cervicales, il n’est pas aisé d’aller « fouiller » par là. C’est même « dangereux » quand on ne sait pas comment faire car vous allez alors vous rapprocher du col de l’utérus, une zone très très sensible et souvent très désagréable en terme de stimulation.

C’est encore une question de techniques et je vous en donne des tonnes dans mon guide. En tout cas, moi j’ai diffusé ce message auprès de mes ex petites amies : l’orgasme utérin, c’est un truc de malade. Peu de femmes ont eu la chance de jouir de la sorte donc quand on leur fait connaître un tel orgasme, il faut le voir pour le croire. Il faut se préparer car cela me fait parfois un peu penser au film « L’exorcisme » tellement cela les transforme physiquement durant l’orgasme.

Il faut dire que c’est un orgasme réellement viscéral qui se diffuse partout au niveau des viscères donc cela surprend. C’est un moyen génial pour faire jouir autrement, avec des sensations jamais ressenties auparavant, un orgasme qui peut aussi transformer votre partenaire en femme fontaine. En tout cas, ne pas tester ce type de stimulation, cela serait la plus grosse erreur de votre vie.

Un orgasme « des pieds à la tête »

Je vous donne des astuces de stimulation dans ma formation afin d’atteindre ce que j’ai appelé « l’orgasme des pieds à la tête », un orgasme qui vous terrasse tellement il est puissant. Pour ce faire, on va combiner un orgasme clitoridien et un orgasme du point U (de l’urètre). Encore une fois, c’est un orgasme qui laisse des traces si je puis dire car 99,99% des femmes n’y ont jamais goûté. Cela chamboule du petit orteil jusqu’à la pointe de vos cheveux, c’est le moins qu’on puisse dire. C’est comme une grosse vibration qui part des pieds jusqu’à la tête.

Être suffisamment coordonné pour bien stimuler deux zones érogènes en même temps, c’est quelque chose de très efficace. Cela va même devenir votre super pouvoir. Et comme le disait si bien l’oncle de Peter Parker (Spiderman) : « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ». Non je déconne, abusez-en sans vous poser de questions ! 😉

L’orgasme « objectif lune »

Là encore, c’est une question de combinaison de stimulations et donc d’orgasmes à savoir l’orgasme clitoridien et l’orgasme des points P (deep spots). Pourquoi objectif lune, un nom d’orgasme un peu bizarre ? Tout simplement parce-que vous n’avez pas besoin d’être astronaute pour envoyer votre nana direction la Lune. Cet orgasme, c’est le meilleur moyen de la faire décoller de la planète Terre.

Là encore, c’est une question de techniques car la façon de faire est primordiale pour réussir à créer un feu d’artifice de plaisir à un instant T. Le jeu en vaut la chandelle car là encore, vous allez lui faire vivre un moment magique. En plus c’est vous et personne d’autre qui allez lui faire découvrir cet orgasme surpuissant ! Pourquoi s’en passer ?!

Être le vecteur de plaisirs inconnus, c’est montrer à sa partenaire qu’on en a sous le pied et que la routine, on ne connait pas. Rien de tel pour mettre votre partenaire dans tous ses états ! Et puis additionner deux orgasmes déjà magistraux quand ils sont déclenchés seuls indépendamment l’un de l’autre, c’est un bon moyen de lui faire visiter une autre planète, d’où son nom.

L’orgasme des tétons (seins)

Cela peut paraitre fou mais stimuler une poitrine et notamment les tétons d’une femme, cela peut donner des orgasmes. Je vous en avais parlé dans mon article sur les orgasmes des seins. En effet, c’est une question d’ocytocine. Dès lors que vous stimulez sa poitrine, un pic d’ocytocine se produit, hormone du plaisir. Ce n’est donc pas surprenant qu’un orgasme puisse se produire.

Un orgasme de la poitrine

Comme pour toutes les zones érogènes, il faut juste savoir comment s’y prendre et c’est aussi une question de sensibilité. Toutes les femmes ne sont pas identiques. En tout cas, l’orgasme des seins n’est pas un mythe, encore un de plus qu’on balaye d’un revers de la main. 😉

C’est aussi pour cette raison que certaines femmes peuvent très bien jouir en leur titillant le lobe des oreilles mais aussi en embrassant leur bouche, leur cou etc. Toutes les femmes sont uniques mais surtout toutes les femmes ont des zones érogènes plus ou moins érogènes j’ai envie de dire. Il faut tester et écouter sa partenaire, c’est la base !

L’orgasme anal (dans le cul Lulu)

Encore tabou, la sodomie est pourtant quelque chose de super intense quand on ose la pratiquer. Il suffit de se pencher sur la question avec sa partenaire pour analyser que anatomiquement, l’anus est avant tout un orifice extrêmement satisfaisant pour donner des orgasmes grâce à la multitude de terminaisons nerveuses qui le composent.

Et puis on peut aussi viser le point G, le deep spot arrière et même le point R, un mystérieux point qu’on peut atteindre via le rectum. Dans tous les cas, une bonne sodomie, c’est une question d’anticipation et aussi de technique. Le principal, c’est encore une fois de communiquer sur le sujet afin que cela soit avant tout un vrai moment de partage.

Les orgasmes plus psychologiques

Je voulais juste vous dire quelques mots concernant des orgasmes un peu plus originaux entre guillemets. Ils ont le mérite d’exister même si tout le monde n’arrivera pas forcément à les atteindre. On peut citer :

  • les orgasmes mentaux qui se déclenchent sans aucune stimulation sexuelle (en laissant libre court à son imagination par exemple)
  • ceux qu’on peut avoir en plein sommeil et qui vont jusqu’à vous réveiller
  • le « coregasm », un orgasme qu’on a en faisant du sport
  • ceux qui sont déclenchés en stimulant des zones érogènes qu’on ne soupçonne pas d’être orgasmiques (grâce à l’acupuncture…)

Bref, avec tous mes conseils, vous n’avez plus qu’à vous mettre au travail avec votre partenaire. Allez, au boulot ! C’est le mot de la fin. 😉

Amicalement,

Nicolas

Continue Reading
Cliquez ici pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Catégories 🔍

Un Tuto Squirting 🎬

À Lire Absolument 🚨

Ma méthode en détails 💦