La technique du shallowing ou l’art de la masturbation féminine superficielle

La masturbation féminine, il faut en abuser mesdames ! C’est super important et ce n’est pas juste une question d’orgasmes, c’est aussi une question de connaissance de son propre corps. Dès lors, si vous ne vous faites pas du bien en solitaire le plus souvent possible, vous ne pourrez pas vous connaitre anatomiquement parlant et surtout, vous ne pourrez pas guider votre partenaire lorsque vous ferez l’amour. Et ça, c’est essentiel !

Ceci étant dit, on va ici se concentrer sur une pratique, le shallowing (le nom est un peu barbare mais vous allez voir, la technique est super simple), une pratique coquine qui fait sens mesdames. Pourquoi je dis ça ? Tout simplement parce-que vous avez l’habitude de stimuler une zone très particulière de votre sexe, en lien avec le shallowing, et ce un peu sans le savoir. C’est votre instinct qui vous pousse à masturber cette zone et donc à utiliser inconsciemment la technique du shallowing.

On va donc faire un focus sur cette technique afin que vous ne restiez plus juste quelques secondes sur cette partie de votre sexe, ce qui va alors vous permettre de prendre votre pied en titillant cette portion très restreinte de votre vulve et ce de différentes manières.

Pas d’inquiétudes, je vais rentrer dans le vif du sujet dans quelques instants. Tout va devenir plus clair, vous allez voir. 😉

La technique du shallowing pour prendre votre pied mesdames

Les françaises et la masturbation féminine (classement mondial 2022)

Avant de tout vous dire sur cette technique, il convient de se demander pourquoi il est essentiel de ne jamais arrêter de faire la « promotion » de la masturbation féminine. Et bien tout simplement parce-que les femmes ont encore du chemin à faire pour rattraper ces messieurs. Il suffit de prendre connaissance de l’enquête (*) réalisée par la célèbre marque de sextoys Womanizer, une enquête réalisée auprès de 22315 hommes et femmes dans une dizaine de pays.

Il en ressort que si les femmes se masturbent en moyenne (tous pays confondus) 76 fois par an (soit 23 fois de plus qu’en 2021), la France reste une très mauvaise élève. Et oui, elle se place en bas de tableau contrairement à l’Angleterre qui décroche la première place (100 fois par an contre 59 en 2021).

Il faut donc vous y mettre mesdames et c’est ce qu’on va faire avec cette technique. Vous me remercierez car il en a va de vos orgasmes certes mais surtout de la connaissance de votre corps ! Allez hop, au boulot !

C’est quoi le shallowing ?

Parfois, pour prendre du plaisir, il ne faut pas chercher midi à quatorze heures comme on dit. Et oui, très souvent, on a sous les yeux des zones érogènes juste incroyables mais on ne le sait pas encore. Bien évidemment, cela n’enlève absolument rien à la puissance des orgasmes du point G, des fontaines, du clitoris ou encore des deep spots. C’est juste une nouvelle zone érogène ultra accessible dont il faut abuser car elle est là, à portée de main.

Dès lors, en quoi consiste la technique du shallowing ? Derrière cet anglicisme se cache une technique de masturbation d’une simplicité hors du commun ! En matière de sexe, il faut dire qu’on cherche toujours à faire compliqué, c’est là tout le problème. Il faut donc revenir aux basiques de la masturbation féminine.

Le principe de cette technique de masturbation féminine

Il suffit de traduire le mot anglais shallowing pour comprendre les fondements de cette technique. En effet, en anglais, cela signifie « peu profond ». Dès lors, on va s’appliquer à stimuler la vulve de façon subtile, substantielle et même superficielle. En effet, n’essayez pas d’enfoncer vos doigts ou un sextoy dans votre vagin. Non, non, c’est même tout l’inverse qu’on va faire ici en utilisant cette technique. On évite donc toute pénétration.

C’est aussi une technique super intéressante qui remet les choses à plat surtout pour ces messieurs ! Je m’explique. En effet, le plaisir ne rime pas qu’avec pénétration (très) profonde, oh que non ! Les zones érogènes les plus intéressantes ne se cachent pas forcément au fond du vagin, tout près du col de l’utérus !

Pour comprendre l’intérêt de cette pratique, et avant de passer aux astuces de stimulation, il faut déjà savoir quoi viser et pourquoi c’est intéressant de stimuler cette zone.

Quelle zone faut-il stimuler en priorité ?

Le vestibule, une zone à stimuler sans tarder (orgasmes garantis)

Quoi ?

On va donc se concentrer sur une zone bien définie. Et oui, comme je vous disais, ici, pas question de penser sexe en profondeur. Pas du tout, c’est même tout l’inverse et c’est ce qui fait la particularité de cette technique. On va donc viser le vestibule. Hein ? Quoi ?

Comme vous le voyez sur l’illustration ci-dessus, le vestibule est une fine membrane entourant l’entrée du vagin. On peut le délimiter facilement en traçant des frontières anatomiques : à gauche et à droite les petites lèvres vaginales, au centre l’hymen, en haut le frein et le capuchon du clitoris et en bas la fourchette vulvaire postérieure.

Vous le voyez, cela forme une sorte d’ovale (cf le focus que j’ai fait en haut à gauche de l’illustration ci-dessus). C’est donc toute cette zone (hachurée sur l’illustration ci-dessus) qu’il va falloir stimuler.

Pourquoi ?

Riche en vaisseaux sanguins et en terminaisons nerveuses, cette région est donc très sensible notamment lors de l’excitation sexuelle. En effet, le vestibule vulvaire va « gonfler » lors des rapports sexuels. Il va donc falloir vous en occuper. Et vous savez quoi ? Vous le faites déjà sans trop y faire attention. Et oui, que ce soit pendant le cunnilingus ou lors de la masturbation avec les doigts, vous l’effleurez forcément tout simplement parce-qu’il est non loin du clitoris ou encore des petites lèvres. Sans le savoir, vous avez donc déjà flirté avec lui.

De même lors de la pénétration vaginale, le gland du pénis (ou le godemichet) rentre en contact avec le vestibule et crée une pression sur ce dernier lors de la pénétration vaginale. Ce n’est donc pas étonnant que vous ressentiez du plaisir au tout début de la pénétration. Or, ne sachant pas que c’est cette stimulation bien particulière qui vous fait du bien (en solo ou avec votre partenaire), vous n’êtes pas en capacité de vous attarder sur cette zone érogène. On va remédier à ça sans plus tarder.

Moralité : les zones les plus sensibles sont souvent là sous vos yeux ! Il faut donc arrêter de penser qu’elles sont cachées tout au fond du vagin.

Passons à la pratique

Avec un gode, des doigts, un pénis…

Le but ici est de caresser cette zone avec douceur mais aussi avec fermeté. Dès lors, avec quoi stimuler le vestibule ?

  • et bien avec vos doigts mais aussi avec un godemichet (vibrant ou non) quand vous êtes en solitaire,
  • avec une langue (un cunnilingus vraiment excellent),
  • avec le gland du pénis de votre partenaire quand vous êtes à deux. C’est une stimulation géniale juste avant la pénétration vaginale à proprement parler. En plus, le gland du pénis a une texture hyper douce, le meilleur moyen de vous faire du bien en duo et ce sans accroc.

Les techniques de stimulation du vestibule

Pour ce qui est de la technique, il faut être efficace mais surtout prendre son temps. Pour ce faire, peu importe « l’outil » qui vous permet de stimuler le vestibule, vous allez effectuer :

  • des petits mouvements circulaires sur cette zone,
  • des va-et-vient,
  • ou même des tapotements.

Soyez attentive à toutes les sensations qui vous traversent afin de savoir quelle est la zone la plus sensible et ce afin ensuite de faire un focus sur cette dernière. Pour ce faire, n’hésitez pas à fermer les yeux afin de visualiser ce que vous ressentez lorsque vous caressez les différentes « parcelles » de cette zone. Cela vous permet de vous concentrer plus facilement. C’est donc la meilleure façon de débusquer les meilleures zones érogènes de votre vestibule.

En parallèle, peu importe le type de mouvement que vous allez utiliser (circulaire etc.) :

  • soyez aussi attentive à la pression que vous apportez. Testez pour voir ce qui vous plait le plus et surtout, quand vous avez trouvé le « bon spot », c’est là qu’il faut vous arrêter pour accentuer la stimulation tout en prenant de grandes inspirations en n’oubliant pas de bien expirer pour ne pas bloquer vos émotions.
  • n’hésitez pas à effectuer des mouvements plus ou moins rapides afin là encore de donner un autre dimension à cette stimulation.

Vous l’aurez donc compris, ce n’est pas juste une technique spéciale préliminaires mais bien une technique pour grimper aux rideaux, le meilleur moyen d’atteindre le septième ciel.

Messieurs, vous savez maintenant qu’il ne faudra plus jamais passer à côté du vestibule lors de vos relations sexuelles. D’ailleurs, je vous conseille de mettre cette technique en pratique dès ce soir ! Faites-moi confiance, votre femme ne pourra plus s’en passer !

Dès lors, stimuler le vestibule, oui c’est le pied mais se concentrer sur une zone très localisée du vestibule, à savoir le point U ou méat urinaire, c’est encore plus satisfaisant ! Et oui, c’est une zone qu’on n’ose pas stimuler et pourtant, c’est une zone donneuse d’orgasmes et déclencheuse d’éjaculations féminines. Sans plus attendre, arrêtons-nous sur ce point U !

N’oubliez pas le point U, jamais !

Occupez-vous du méat urinaire pour avoir des orgasmes

Lorsque vous vous masturbez mesdames, vous avez donc tendance à passer vos doigts sur votre vestibule or c’est aussi ici qu’on trouve le méat urinaire. Vos doigts rentrent donc forcément en contact avec ce méat donc avec le fameux point U. Il ne faut pas s’étonner que cela vous fasse du bien (notamment lorsque le pénis exerce une pression pour rentrer dans le vagin, le point U étant alors lui aussi stimulé).

Il convient donc maintenant de ne plus en rester à une simple stimulation indirecte. Et oui, il est donc temps de le faire en pleine conscience et donc de ne plus le laisser de côté, le méat étant en effet malheureusement plus synonyme d’urine que de plaisir. Il faut changer de paradigme sans plus tarder.

Ce méat vous sert à uriner, certes, mais il est temps de voir aussi tout son potentiel sexuel. Faire le rapprochement entre sexe et méat, ce n’est pas naturel, je sais bien mais il est grand temps que cela le devienne. On ne va donc plus le frôler mais bien le stimuler directement !

Mais pourquoi le point U est-il le siège d’autant de plaisir ? Je vous en dis plus ici dans cet article dédié. Vous prendrez alors connaissance du témoignage de Mélanie en plus d’apprendre une de mes techniques spéciale stimulation du méat.

Ne vous inquiétez pas, dans ma méthode, je vous explique tout en détails sur ce point U, notamment dans le module 7 de ma formation sexuelle ! Et oui, vous ne le savez pas encore mais en plus de donner des orgasmes, ce point U fait aussi éjaculer les femmes ! En effet, c’est une manière rapide et efficace de déclencher des éjaculations féminines ! Elle est pas belle la vie ? 🙂

Le point U, oui mais pas que…

Ce vestibule et la vulve de manière plus globale regorgent de zones, de points orgasmiques hyper intéressants car accessibles sans pénétration. Je pense notamment au point F ou encore aux points K. Pas de panique, on verra tout ça en détails dans mon guide vidéo en ligne.

Dès lors, pour toutes celles (et tous ceux) qui veulent découvrir encore plus de zones érogènes d’accès direct donc à l’extérieur du vagin, rendez-vous dans la zone membre pour en savoir plus ! Vous allez être servie, croyez-moi !

* Étude menée en coopération avec Lucid en mai 2022 auprès de 22315 hommes et femmes de 16 pays et régions (Allemagne, Australie, Autriche, Canada, Chine, Corée du Sud, Espagne, États-Unis, France, Hong Kong, Italie, Japon, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, Singapour, Suisse).

Continue Reading
Cliquez ici pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Catégories 🔍

Les Stages avec Moi 👑

Alicia témoigne (point G) 🎬

L’avis d’Antoine (vidéo) 🎬

À Lire Absolument 🚨

Ma méthode en détails 💦