2 études IFOP qui s’intéressent à la vie sexuelle des françaises

Les études réalisées sur plusieurs milliers de personnes, c’est vraiment un très bon moyen pour prendre le pouls de la sexualité des français et notamment des françaises (en l’espèce). Et oui, je suis tombé sur 2 études de l’IFOP (*) (Institut français d’opinion publique), une datant de 2015 et une autre de 2019. Je vais retenir les chiffres clés et on va les analyser (simplement) ensemble.

En se basant sur non pas une mais deux études, une récente et une moins récente, on peut mieux se rendre compte de l’évolution de ces chiffres sur plusieurs années. C’est super intéressant je trouve.

Vous allez voir, si les françaises ont du mal à avoir des orgasmes, cela s’explique ! Vous allez d’ailleurs peut-être vous reconnaitre dans ce sondage…

2 sondages IFOP sur les femmes et les orgasmes

Les femmes ont du mal à jouir et ce partout dans le Monde !

Les 2 études sont très claires sur ce point : les femmes éprouvent une réelle difficulté à jouir, sur toute la planète. Si on fait un classement, on se rend alors compte que c’est surtout en France que cela coince. Les françaises obtiennent la médaille d’or dans la catégorie « je n’arrive pas à prendre mon pied » !

Atteindre l’orgasme, ce n’est pas une sinécure pour énormément de françaises

Si on se penche sur l’étude de 2015 menée sur plus de 8000 femmes (de différentes origines), 49% des françaises interrogées ont du mal à atteindre l’orgasme. Et ce n’est pas franco-français car les Canadiennes et les Italiennes sont près de 46% à avoir du mal à grimper aux rideaux. Celles qui s’en sortent le mieux, ce sont les hollandaises : seulement 28% d’entre-elles ont du mal à atteindre le septième ciel.

L’étude de 2019 n’est pas meilleure. Ce sont 78% des femmes interrogées, soit 8 femmes sur 10, qui ressentent de profondes difficultés à avoir un orgasme. Pour vous donner une comparaison, dans une étude de 2006 (de INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale)), elles étaient 65% à avoir des difficultés à jouir. En une décennie, on se rend compte que les femmes sont de moins en moins à l’aise avec leur sexualité. C’est très paradoxal dans une société où le sexe n’est plus réellement tabou. Le problème c’est qu’il y a une grosse différence entre diffuser des images, un contenu sexuel un peu partout (à la télé, sur internet…) et prendre un réel plaisir dans sa sexualité. C’est là que le bât blesse. Le sexe est partout mais les françaises (et les français) ne savent pas pour autant comment l’orgasme féminin marche concrètement.

Les françaises et la sexualité de leur couple : une histoire compliquée !

Quand on se penche plus en détails sur le niveau de satisfaction sexuelle de la gent féminine au sein de leur couple, on peut retenir dans l’étude de 2015 que :

  • si on interroge les participantes sur les 3 derniers mois, elles ne sont que 37% à avoir joui. La France arrive à la dernière place si on la compare aux autres pays interrogés dans cette étude.
  • sur une plus courte durée à savoir le dernier rapport, 25% des françaises n’ont pas atteint l’orgasme.

Si on analyse ces deux chiffres, on peut en conclure que chez beaucoup de femmes jouir est un événement qui n’est pas contrôlé. Cela arrive puis cela n’arrive pas pendant plusieurs rapports voir plusieurs mois et ce sans trop savoir pourquoi. Et ça, ce n’est pas normal. Le sexe, ce n’est pas la roulette russe.

La sexualité des femmes : tout n'est pas rose !

  • seulement 52% des françaises ont « souvent » eu un orgasme avec un partenaire au cours de leur vie sexuelle. Peut-on alors parler de vie sexuelle épanouie ? La réponse est non car là encore, vous le voyez, l’orgasme est lié au hasard. Or avoir des orgasmes, ce n’est pas une question de petit bonheur la chance. Si on résonne comme ça, on n’a rien compris au plaisir féminin. C’est une question de technique et de doigté. Et ça, cela s’apprend !

Et encore, je pense que ces chiffres sont bien en deçà de la réalité car quand on touche à l’intimité, on n’a pas forcément envie de dire la vérité ! Dire la vérité, c’est se confronter à la réalité de sa vie sexuelle, une vie sexuelle qui n’est pas toujours au beau fixe !

La plupart des femmes ne cherchent pas la solution à leur manque de plaisir sexuel

Une femme qui ne ressent pas de plaisir durant l’acte sexuel aura tendance à préférer ce statu quo, ne sachant pas comment résoudre ce problème. Cela part souvent d’une bonne intention (ne pas vexer son partenaire) mais le résultat est catastrophique au final.

Vous allez le voir, ne pas agir face à ce manque de plaisir, c’est un mélange explosif qui de une, ne va pas résoudre le problème central (à savoir jouir) et de deux, qui va surtout renforcer le mal-être de la femme au sein du couple, une femme qui ne sait plus comment se dépatouiller de cette situation. Votre meilleur arme, c’est la communication et l’action, pas la simulation et le mensonge.

Les femmes simulent (malheureusement)

Simuler mesdames, c’est reporter à plus tard un problème qui risque d’être récurrent si vous ne le réglez pas au plus vite avec votre partenaire. C’est le quotidien de beaucoup de femmes quand on lit les résultats de ces 2 études IFOP.

L’étude de 2015 nous apprend que 31% des françaises simulent « assez régulièrement » durant l’acte sexuel, un record dans le mauvais sens du terme si on compare la France avec les autres pays sondés (notamment l’Europe de l’Ouest et l’Amérique du Nord).

Quatre ans plus tard, avec l’étude IFOP de 2019, les choses ne se sont pas améliorées. Au contraire, près de 62% des françaises interrogées avouent avoir déjà simulé, soit quasiment le double de ce qui avait été constaté en 1998 (32% : étude Ipsos pour VSD réalisée par téléphone les 13 et 14 février 1998 auprès d’un échantillon de 434 femmes âgées de 18 à 65 ans). La simulation n’est donc pas une solution. C’est contreproductif car cela ne résout rien.

Les femmes mentent à leur partenaire

Les femmes simulent, certes, mais il y a pire. Et oui, elles n’arrivent pas à avouer la vérité à leur partenaire quand on leur pose les questions fatidiques : « c’était bon ? Tu as joui ? Tu as pris ton pied ? » Dès lors, ces messieurs s’enfoncent dans une situation inextricable. Ils pensent être de bons amants alors que ce n’est pas du tout le cas. Mesdames, vous ne leur faites pas une fleur en leur mentant.

Les femmes mentent sur leur satisfaction sexuelle à leur partenaire

L’étude de 2019 va dans ce sens. 38% des femmes n’hésitent pas à mentir quand on leur demande après le rapport si elles ont eu un orgasme.

Cela va même plus loin car sentant que ne pas jouir peut être vu comme un échec, un manque d’harmonie au sein du couple, cela pousse 34% des femmes interrogées à mentir à leurs ami(e)s sur ce manque de plaisir. La discussion entre filles sur les prouesses sexuelles de leur couple est donc évitée ou vite évacuée et se transforme en un « tout va bien » alors qu’on est loin du compte. Cela grimpe même à 49% chez les jeunes couples.

Un manque de communication pas sans gravité

Le sexe est donc un élément important du bien-être du couple. La sérénité et surtout la pérennité de votre couple est en jeu. Ne pas être épanouie sexuellement, cela a un impact sur le couple dans sa globalité. Ces chiffres le prouvent bien. On ressasse, on se pose des questions, on se compare, on sait qu’il y a un hic et on en arrive à une conclusion : on n’a pas d’orgasme avec notre partenaire actuel mais que faire ? Et bien la plupart des gens ne savent pas quoi faire justement. Dès lors, ils ne font rien. On le voit bien avec ces études. On ne jouit pas et on est/reste au pied du mur.

Ce n’est pas étonnant que beaucoup de couples rompent à cause d’un manque de performance de l’un des partenaires. La raison ? Ce n’est pas que le partenaire en cause ne puisse pas s’améliorer, au contraire (merci les bonnes techniques de doigtage notamment), c’est juste que ce manque de plaisir est la plupart du temps caché à l’autre car on ne sait pas comment aborder le sujet. Et vu qu’on ne sait pas comment et quoi faire, et bien le problème persiste. C’est le chat qui se mort la queue. Dès lors ce type de situation amène à des séparations inévitables.

Le pire dans l’histoire, c’est la partenaire insatisfaite qui balance en pleine poire à son partenaire qu’il a été un mauvais amant durant toutes ces années, la cerise sur le gâteau qui vient mettre un point final à la relation. Je ne vous raconte pas les séquelles côté hommes. Et oui, il n’a eu aucun signe de la part de sa partenaire sur son manque de plaisir et là il apprend qu’elle n’a jamais été satisfaite. Il suffisait pourtant juste de communiquer…

Mon analyse : un problème, une solution !

Dès lors que font toutes ces femmes qui n’ont pas d’orgasmes (jamais, pas tout le temps ou très rarement) à part faire ce triste constat ? Pas grand chose à part imaginer que la prochaine relation sexuelle sera meilleure ou que le prochain partenaire aura plus de talent. Il faut donc être dans l’action pour jouir et pour que votre homme vous fasse jouir. C’est comme ça que vous allez améliorer votre propre sexualité mais aussi celle de votre couple à travers le savoir-faire de monsieur. Il n’y a pas de mystère !

Et oui, vous vous mentez à vous-même mesdames en mentant à votre homme. Il vous est alors impossible de changer et d’apprendre à jouir et à trouver votre point G seule de votre côté. Vous préférez ne rien faire, vous aveugler face à votre manque de connaissance (conscient ou pas) de votre propre sexualité, de votre propre corps.

Là encore, il n’y a pas de fatalité ! Si vous ne jouissez pas aujourd’hui, c’est que vous n’avez pas la méthode pour jouir, un point c’est tout. Ce n’est pas juste de la faute de votre partenaire (ou de la vôtre). Et oui, avez-vous de gros orgasmes quand vous vous masturbez en solitaire ? Savez-vous où se situe votre point G, votre point U etc. ? Non ? Pas de panique, tout ça, cela s’acquiert, un peu comme l’apprentissage d’une langue étrangère. Il y a une bonne façon de faire et pour le moment, vous ne l’avez pas.

Ma méthode pour y remédier

Ces études sont intéressantes car on se rend compte que le plaisir féminin est un sujet encore flou pour beaucoup de femmes et d’hommes. C’est un problème de méthode, rien de plus, rien de moins. Cela tombe bien, c’est ce que j’aborde dans ma formation : le concret, la pratique, les techniques !

Côté femmes, on ne s’explore pas (assez) donc on ne se connait pas donc comment voulez-vous avoir des orgasmes ?! C’est un cercle vicieux et infernal ! C’est pareil pour ces messieurs qui ne prennent pas le temps de mieux connaitre le sexe féminin. Cela explique le nombre élevé de femmes qui ne jouissent pas tout simplement car elles ne savent pas comment faire. Idem pour ces messieurs qui ne savent pas comment s’y prendre (souvent mal ou pas du tout guidés par leur partenaire).

Et oui, savoir comment jouir en solo côté femmes, c’est avoir la capacité de guider son homme par la suite. Et pour ces messieurs, tout savoir sur le sexe de sa partenaire, c’est pouvoir partager avec elle les techniques de stimulation efficaces pour avoir des orgasmes.

Dès lors si vous ne voulez pas ressembler à ces femmes qui ne jouissent pas (ou à ces hommes qui ne comblent pas leur partenaire) :

Dans tous les cas, au boulot ! 😉

* Références :

Étude Ifop pour Online Seduction réalisée par questionnaire en ligne (du 18 au 21 janvier 2019) auprès d’un échantillon de 1210 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Étude Ifop de 2015 réalisée pour Cam4 sur un échantillon représentatif de 8000 femmes de 18 à 69 ans (population féminine résidant en Italie, Espagne, France, Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, États-Unis, Canada).

Continue Reading
Cliquez ici pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Catégories 🔍

Les Stages avec Moi 👑

Alicia témoigne (point G) 🎬

L’avis d’Antoine (vidéo) 🎬

À Lire Absolument 🚨

Ma méthode en détails 💦