Deux amies lesbiennes vous révèlent leurs 9 secrets sexe

Mesdames, à vous la parole !

Caro et Anne, à vous de jouer !

Je vais laisser la main le temps d’un article à deux copines lesbiennes et en couple depuis près de 5 ans. Caroline (28 ans) est une amie de longue date et entre-nous, on parle de sexualité très ouvertement et ce sans aucun tabou.

Elle a trouvé sa perle rare, Anne (27 ans) et elles vivent le parfait amour toutes les deux et qui dit amour dit sexe avec un ciel sans aucun nuage. L’amour sans que le « dossier sexe » soit au beau fixe, c’est impossible selon moi donc quand tout roule à ce niveau, tout roule dans le reste de la relation !

Dès lors elles ont accepté de participer à mon blog le temps d’un article afin de vous donner leurs trucs pour faire jouir les femmes et je pense qu’il n’y a rien de mieux et de plus censé que l’avis de deux femmes sur la question, n’est-ce pas messieurs ?

Leur légitimité est énorme !

Et oui, elles savent de quoi elles parlent. Et pourquoi l’avis d’une femme hétérosexuelle ne serait pas meilleur au final ? Tout simplement parce-que les femmes homosexuelles sont bien plus expérimentées ! Pourquoi j’affirme cela comme ça sans prendre de pincettes ? Tout simplement parce-qu’une femme hétéro ne fait jouir qu’une seule femme, à savoir elle-même donc, parfois et même souvent, et bien elles restent cantonnées à des croyances qui les concernent mais qui ne concernant pas toute la gent féminine car chaque femme est unique, je vous le rappelle !

Dès lors, faire jouir une autre femme, et c’est le cas des lesbiennes, cela les oblige à faire l’effort entre guillemets d’en apprendre plus sur la Femme avec un grand F donc elles sont en droit d’être de bonnes conseillères vu qu’elles ont mis leur nez « dans le cambouis », des conseils que ces messieurs vont pouvoir intégrer à leur façon de faire l’amour.

Si ces dames me lisent, elles vont aussi comprendre toute l’étendue de la difficulté qu’on a nous les hommes à vous satisfaire et tant qu’on n’a pas essayé de faire jouir une femme et bien on n’imagine pas comme cela peut être compliqué si on ne sait pas par où commencer !

Caroline et Anne, je vous laisse « la parole » !

On n’a pas inventé la roue avec nos conseils…

On ne va pas révolutionner la sexualité

Caro : « Désolée de vous décevoir mais tout ce qu’on va vous dire, ce n’est pas nouveau. C’est juste la base quoi, une base qu’il est bon de répéter encore et encore car vous messieurs vous pensez trop souvent avec votre pénis au moment de faire l’amour à une femme. Vous avez beau vous dire avant la relation sexuelle que vous allez faire ci ou ça mais en fait à chaque fois, vous laissez votre cerveau aux vestiaires. Je peux me permettre de vous dire cela car j’ai connu des hommes dans ma vie donc je connais votre fonctionnement !

La seule différence entre vous et moi c’est que moi en étant une femme, je suis à l’écoute de mon corps et je dois aussi être à l’écoute du corps de ma copine. Je travaille donc sur deux tableaux en même temps ce qui me permet d’avoir une petite (grosse) longueur d’avance messieurs (sur vous) sur ce qu’il faut faire ou non pour faire jouir une femme. Je pratique à deux niveaux, au mien et au niveau de celle que j’aime. »

Des secrets ? Non, juste du bon sens ! (que peu de gens ont malheureusement)

Anne : « Effectivement, on n’est pas sexologues donc on ne va pas vous révéler des secrets incroyables que personne ne connait… Quoique ! Je suis persuadée que certains vont se dire que cette petite piqure de rappel était indispensable au final tout simplement parce-que hommes et femmes confondus, on n’a pas la science infuse en matière de sexe !

On a juste une approche plus délicate au niveau du plaisir féminin car on est nous-mêmes des femmes qui aimons les femmes et ça je pense que cela aide justement pour nous rendre compte plus facilement des attentes féminines, les nôtres mais aussi celles de notre partenaire. Si les femmes ont plus de plaisir entre femmes, ce n’est pas que les femmes sont plus malignes que les mecs en matière de sexe, c’est juste un problème d’écoute de l’autre, ce que ces messieurs ont un peu plus de mal à prendre en considération car c’est bien connu, les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus. »

Les préliminaires, ce n’est pas fait pour les chiens

Les préliminaires, plus c’est long, plus c’est bon

Anne : « N’ayant jamais eu de relations coquines avec un homme, j’ai la chance d’être toujours tombée sur des partenaires qui prenaient leur temps. Je n’ai jamais compris pourquoi les préliminaires n’étaient pas plus utilisés par ces messieurs et pourquoi les hommes ne comprenaient pas que plus les préliminaires étaient longs et plus on avait ensuite envie qu’on s’occupe de notre petite chatte ! Je ne sais pas si le sexe cela rend les mecs incontrôlables (et cons lol) mais les gars qui ne se jettent pas sur le sexe de leurs nanas, eux ils ont tout compris sur la psyché féminine. On a besoin de temps et de préparation avant de laisser notre partenaire flirter avec notre clitoris et notre vagin ! »

Ce n’est pas un 100 mètres mais un marathon

Caro : « Nico a dû vous en parler en long en large et en travers et cela parait rébarbatif de parler de préliminaires longs et intenses mais non en fait car je me rappelle encore de mes ex qui n’avaient qu’une idée en tête : faire le marteau-piqueur et bien ce ne sont pas de bons souvenirs dans le sens que je n’étais tout simplement pas assez excitée pour recevoir une pénétration pleinement satisfaisante. Ce n’est pas la course messieurs, vous avez tout votre temps. Plus c’est long, plus c’est bon comme on dit et là je peux vous assurer que c’est bien vrai.

Plus Anne prend son temps pour caresser tout mon corps (en oubliant aucune zone érogène), m’embrasser, me masser en me faisant comprendre qu’elle va s’occuper de mon sexe mais un peu plus tard, plus je suis à point comme une bonne côte de bœuf… Alors oui, nous on n’a pas un pénis qui crie famine entre nos cuisses mais sachez que nous aussi on a envie de passer à l’étape suivante mais on sait tout simplement que le corps féminin a besoin de bien plus que deux trois caresses ou deux ou trois bisous dans le cou pour être prêt pour la suite des festivités. Vous n’avez pas à changer, juste à vous adapter aux spécificités du corps humain et féminin en l’espèce ! »

Vous n’avez pas (encore) 90 ans

Stop à la routine !

Caro : « Un lit c’est fait pour dormir mais aussi pour faire l’amour certes mais il y a tellement d’autres endroits qui permettent de mettre un peu de piment dans la relation. C’est vrai par contre que niveau confort, la couette c’est le top mais il faut sortir de votre zone de confort justement en faisant naitre dans l’esprit de votre partenaire l’idée que tous les endroits de la maison (mais pas que) sont des lieux où il peut se passer quelque chose de très coquin.

Résumer le sexe à la chambre à coucher, c’est déjà le début de la routine car c’est le meilleur moyen de résumer vos galipettes à un seul endroit donc si l’autre est crevé le soir (et ce peu importe la raison) et bien les occasions de passer un moment hot à deux se font de plus en plus rares et ça, il n’y a rien de pire pour la vie de couple ! »

Soyez casse-cou !

Anne : « Je dois dire qu’avec Caroline, on a fait ça vraiment partout chez nous mais pas que : table de la cuisine, du salon, canapé, par terre sur la moquette dans toutes les pièces de la maison, la salle de bain, notre petite cave de l’immeuble, l’escalier de l’immeuble à 3 heures du mat, l’ascenseur aussi, les WC pour femmes d’un bon nombre de resto, le ciné à une séance super calme, même chez des amis alors qu’ils étaient partis faire une course… On essaye toujours de surprendre l’autre et il nous suffit d’un regard et d’un sourire pour se dire si oui ou non on tente le coup ! On aura le temps de le faire que dans le lit quand on sera plus vieilles. lol »

Le sexe féminin, ce n’est pas qu’un vagin

Il y a tellement de zones érogènes…

Anne : « Quand les mecs pensent sexe féminin, ils pensent orifice étroit où ils vont pouvoir glisser leur pénis, point à la ligne. Cela fait très cliché mais c’est comme ça, c’est masculin voir un peu primal, sauvage et bon, on ne peut pas leur en vouloir au final car il y a toute une éducation sexuelle à refaire et à revoir donc forcément, au moment de jouer avec ce sexe féminin, ils ne pensent qu’à rentrer leurs doigts ou leur engin dans cet orifice qui les obsède ! La faute au porno aussi je pense. Quelle erreur en tout cas car ils passent à côté de pas mal de choses en agissant comme ça ! Pourquoi ?

En terme de zones érogènes primaires, avant d’aller faire joujou avec le vagin, il faut vous occuper du clitoris qui est tout seul dans son coin et qui a bien besoin de câlins de votre part. Il est riquiqui mais mon dieu qu’il détient entre ses mains la source d’un plaisir immense, d’une pour atteindre un orgasme clitoridien mais pas que car de deux, le stimuler va vous permettre de faire naitre l’orgasme vaginal et du point G car le clitoris est connecté à tous les organes internes et érectiles de la femme. Donc la prochaine fois que vous passez devant, dites-lui bonjour très très longuement. Il a besoin de tout votre amour… »

Soyez méthodique !

Caro : « Combien de temps passez-vous sur le clito de votre femme ? Une minute ? Me concernant, Anne sait très bien que tant qu’elle n’a pas fait gonfler mon petit clito avec sa langue au maximum de ses capacités, elle n’a pas intérêt à aller plus loin sinon je me referme comme une huitre surtout quand on utilise par la suite un godemiché. Beaucoup de femmes (et très certainement la vôtre) sont comme moi : elles ne peuvent pas se passer d’un vrai cunnilingus ou de caresses à cet endroit là car comme les préliminaires, cela prépare notre vagin à une pénétration pure et dure.

Pour moi le sexe féminin c’est un combo clitoris – vagin – vulves (grandes, petites lèvres etc.), le vagin étant la dernière zone érogène primaire dont vous devez vous occuper ! Tout le monde devrait savoir ça ! »

Faites-la explorer son propre corps…

Ces dames doivent aussi se masturber !

Caro : « Franchement, quel mec pense à suggérer à sa copine de jouir seule avant de jouir avec lui ? Vous ? Aucun mec je crois car d’une la masturbation c’est quelque chose de très intime et de deux, cette idée ne vous vient tout simplement pas à l’esprit car vous pensez tout bêtement (et à tort) que les filles se touchent comme le font les mecs. Et bien vous pensez mal dans 90% des cas.

Les envies, l’excitation et tout ce qui va avec, c’est très particulier chez une femme donc je parle de mon cas mais je ne me masturbais pas vraiment avant. Mais ça c’était avant. Pourquoi ? Et bien je n’y pensais tout simplement pas. C’est con à dire mais le plaisir était synonyme de relation sexuelle à deux et pas en solo. Personnellement j’aurais aimé qu’on me dise justement de me faire du bien en solitaire dans l’objectif de délivrer ensuite mon expérience à mon ou ma partenaire mais ce ne fut jamais le cas. Ne vous inquiétez pas, votre copine comprendra pourquoi vous lui demandez cela et au pire, il suffit de lui expliquer. »

Messieurs, donnez ce bon conseil à votre copine

Anne : « Je dois avouer que c’est Caro qui m’a demandé très rapidement au début de notre relation si je me caressais quand on ne faisait pas l’amour. J’ai été surprise mais quand elle m’a expliqué que je devais vraiment me forcer entre guillemets à explorer mon corps toute seule, je me suis prise au jeu alors que c’était quelque chose que je faisais que très rarement. J’ai vite compris l’intérêt de la chose et on en est même venues à l’exercice ultra complexe de me caresser devant Caro en lui montrant alors ce que j’aimais ou pas. Je dois dire que cela lui a permis de très vite comprendre ce que j’appréciais et cela nous a fait gagner un temps précieux !

Sachez-le tout de même messieurs, laissez la « jouer » seule de son côté dans un premier temps car se masturber devant sa ou son partenaire c’est une preuve de confiance totale envers l’autre mais surtout d’abandon et ça ça ne peut pas s’obtenir du jour au lendemain surtout si elle n’a pas l’habitude de se caresser déjà en solitaire. Patience ! »

Parlez pendant l’amour, c’est un ordre !

Guider l’autre, c’est essentiel !

Caro : « Gémir, respirer fort, hurler, pousser des petits bruits de plaisir, c’est normal et on le fait tous et toutes pendant nos ébats. Le seul soucis c’est que c’est trop succinct pour savoir si l’autre prend vraiment son pied. Cela donne des pistes mais pendant que vous embrassez sa vulve par exemple, c’est quand même plus sympa que votre petite amie vous dise clairement « oui vas-y continue à cet endroit ». C’est quand même un meilleur indice comme quoi vous visez juste VS une simple respiration qui s’intensifie et qui ne dit pas grand chose au final.

Dès lors, oui messieurs posez des questions à votre nana pendant le sexe oral, les caresses mais aussi pendant la pénétration, c’est juste essentiel sinon vous allez peut-être foncer droit dans le mur en vous focalisant sur une pratique, une zone que vous pensez qu’elle adore alors que ce n’est peut-être pas le cas ! »

Votre partenaire n’est pas devin !

Anne : « J’ai toujours eu un peu de mal à parler durant la relation sexuelle car c’est un peu compliqué de prendre du plaisir et puis de commencer à papoter même brièvement, cela me déconcentrait pas mal. J’ai trouvé la solution : je ferme les yeux et je me laisse aller en visualisant ce que me demande ma chérie. Effectivement, cela parait très bateau comme conseil mais si on ne parle pas, si on ne dit pas les choses, si on ne communique pas et bien comment voulez-vous faire passer le message ?

N’attendez pas qu’on vous dise les choses, demandez et n’hésitez pas à explorer tout en posant des questions, cela permet de vous diriger vers la bonne zone déclencheur d’orgasmes.

A noter tout de même que parler pendant l’amour c’est bien mais avant c’est pas mal aussi car parler de sexe, cela donne envie de sexe. On est comme ça nous les nanas ! »

Ouvrez grands vos yeux

Le langage du corps

Caro : « Parler c’est bien mais parfois nous les femmes, on ne se rend pas compte que notre corps parle à notre partenaire. On bouge dans tous les sens, on se tend, on n’arrive plus à ouvrir les jambes… autant de preuves que vous êtes bon avec votre partenaire. Il va donc falloir faire attention au langage non verbal et je peux vous assurer que notre corps vous dit beaucoup de choses en silence entre guillemets. »

Soyez très observateur !

Anne : « Caroline a remarqué chez moi que quelques secondes avant d’avoir un orgasme, je me mordais la lèvre tout en coupant ma respiration. Je n’y peux rien, c’est inconscient donc il faut vraiment messieurs faire gaffe à tous les signaux que votre femme vous envoie sans le vouloir entre guillemets ! Vous saurez alors sur quelles zones de son corps passer plus de temps la fois suivante et à quel moment elle est sur le point « de venir » donc si vous devez ou non redoubler d’efforts pour la faire grimper aux rideaux. »

Osez demander !

Mesdames, exprimez vos envies !

Caro : « Les hommes demandent pas mal de choses à leurs copines : « suce-moi » ou « mets-toi en levrette », j’en passe et des meilleures mais nous, pourquoi on ne demande rien ou que très rarement à notre partenaire ? Ce n’est pas trop dans les mœurs, la femme toujours un peu soumise à l’homme donc on se laisse un peu porter mais ce n’est pas une bonne chose. Dès lors quand vous saurez ce que vous aimer, demandez à votre partenaire de vous le faire ! C’est aussi simple que ça et cela change tout ! »

Demander doit devenir un réflexe !

Anne : « J’avoue qu’on a l’impression parfois de quémander, ce n’est pas normal de penser comme ça car on est deux dans le couple donc si vous aimez quelque chose en particulier et bien, demandez-le à votre partenaire. Il sera ravi de vous faire du bien, croyez-moi ! »

Messieurs devenez une femme…

Un petit défi pour vous messieurs !

Caro : « C’est moi qui ait eu l’idée en premier pour le blog de Nicolas. Désolée Anne ! Lol Effectivement messieurs, le temps d’une partie de jambes en l’air, interdisez-vous l’utilisation de votre pénis. Vous avez droit à votre langue, point barre ! Anne voulait rajouter vos doigts mais moi je dis non ! Cela vous permettra de sentir physiquement chaque recoin de son anatomie qui lui procure du plaisir ! Pourquoi faire jouir avec le pénis quand on ne sait déjà pas faire jouir avec la langue ? Posez-vous cette question ! »

Bonne idée Caro !

Anne : « L’idée parait marrante mais elle est plus que censée car si moi et Caro on arrive à se faire jouir sans pénis, messieurs je pense qu’il est bon d’essayer aussi de votre côté ! »

Un grand merci à Anne et Caroline pour leur contribution !

Amicalement,

Nicolas

Continue Reading
Cliquez ici pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Catégories 🔍

Ma méthode en détails 💦

Les conseils essentiels 😍

Un 2nd extrait gratuit! 🎁