Les injections pour augmenter le volume du point G, efficace ou pas ?

Je réagis à un mail que j’ai reçu il y a quelques jours d’une femme de 33 ans qui est arrivée sur mon blog car elle cherchait des infos sur le point G. Elle était à deux doigts de faire un gonflement de son point G par un chirurgien esthétique. Elle m’a alors demandé ce que j’en pensais. Suite à la réponse que je lui ai envoyée, j’ai trouvé que faire un article sur ce sujet serait une bonne idée.

Alors attention, je ne suis pas médecin donc ce que vous allez lire ici est un avis personnel et forcément subjectif sur cette chirurgie intime. Chaque personne est libre de faire ce qu’elle veut et je ne suis pas là pour vous conseiller de ne pas faire telle ou telle chose. Je suis juste là pour vous donner des conseils qui font suite à mon expérience personnelle.

La photo du point G, un bon début avant de prendre rendez-vous

Vous allez peut-être le voir pour la première fois de votre vie !

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut quand même que je vous rappelle à quoi ressemble le point G. Ce que je vous montre ici, c’est une photo du point G excité. Mon but, c’est que vous compreniez que le point G, ce n’est pas quelque chose qui va sortir de la paroi postérieure du vagin comme le serait le nez au milieu de la figure. Ce n’est pas une boule énorme qui surgit comme ça par magie avec une pancarte « c’est par ici ».

C’est une zone qu’il faut appréhender, éveiller avec les préliminaires, chouchouter, choyer et bien évidemment stimuler. Je vous dis ça car c’est important de savoir de quoi on parle avant de vouloir le modifier, l’embellir, le faire grossir en prenant rendez-vous chez un médecin. Le voir peut donc créer un déclic chez vous et vous pousser à le trouver toute seule ou en couple ! Et oui mesdames, votre point G, il ressemble à ça. 😉 Allez hop, au boulot !

Le point G, le voilà en photo !

Oui le point G existe bel et bien !

On a tellement dit tout et n’importe quoi (et même qu’il n’existait pas) à son sujet que la plupart des femmes qui ne le trouvent pas, et donc qui n’ont pas d’orgasmes vaginaux, n’ont en fait juste pas de connaissances suffisantes à son sujet. C’est un manque d’informations, point barre. Le voir crée parfois même un électrochoc à lui tout seul : oui il est bien réel et oui il faut faire quelques efforts pour le trouver et pour jouir avec. Je vous dis ça car le montrer à des ex petites amies, cela leur a permis de prendre conscience de son existence. Je peux vous dire que cela change tout !

Pour plus détails, je vous laisse jeter un œil à mon article permettant de reconnaître le point G facilement. Je suis persuadé que cela peut vous éviter une intervention inutile (et les risques qui vont avec). Beaucoup de personnes baissent les bras avant même d’avoir commencé j’ai envie de dire donc mon blog est aussi fait pour vous motiver et surtout pour vous faire comprendre que oui mesdames, vous avez toutes un point G. Si vous ne le trouvez pas (encore), c’est qu’il est certainement différent de celui de la voisine donc qu’il va falloir persévérer et surtout ne pas vous tourner vers la « solution de facilité », entre guillemets car selon moi, « augmenter la taille de son point G », c’est une méthode hors de prix pour savoir où il se situe.

Ceci étant dit, passons à la suite !

Une injection à l’acide hyaluronique directement dans le point G

Le principe de cette augmentation de taille

Quand on se balade un peu sur les sites web de médecins/chirurgiens esthétiques, on comprend vite que le principe est super « simple ». Après une légère anesthésie de la zone (avec une pommade), le médecin utilise une aiguille pour injecter l’acide hyaluronique directement dans le point G afin de créer un petit renflement plus facilement identifiable par la patiente. Il y a donc bien une augmentation du volume du point G après cette petite intervention, c’est indéniable. En boostant sa convexité, il rentrera donc plus facilement en contact avec vos doigts, un pénis, un jouet sexuel…

Votre médecin le trouve, pourquoi pas vous ?

Or j’ai une réflexion importante que je veux partager avec vous. Si le médecin peut trouver votre point G en quelques instants pour y injecter un produit alors que vous, vous avez du mal à savoir où il se situe, c’est bien que vous pouvez aussi le trouver avec un peu d’entrainement. La consultation ne dure pas 3 heures et il n’y a aucune excitation sexuelle et pourtant, le docteur va réussir à le localiser. Il y a juste une différence entre le médecin et vous : le Savoir. Et c’est là que j’interviens afin de vous guider.

L’objectif de cet acte médical ?

On peut se poser la question suivante : quel est le but réel de cette injection ? On va rendre plus visible le point G (surtout au repos en l’absence d’excitation sexuelle) pour que vous puissiez le trouver et le stimuler plus facilement (seule ou avec le pénis/un sextoy). En étant plus apparent et donc en ressortant de la paroi vaginale, vous maximisez les chances de le stimuler.

Pour autant, cette intervention ne vous dira pas quoi faire avec ce point G. Cet acte de médecine esthétique ne va pas vous faire jouir du jour au lendemain. C’est esthétique, point à la ligne. Je ne suis pas certain que cela soit la formule magique pour 100% des femmes qui ont jouit un jour grâce à leur point G mais plus ensuite ou celles qui prennent du plaisir vaginalement sans pour autant avoir un orgasme vaginal. C’est selon moi super artificiel.

Les avantages et les inconvénients (selon moi)

Les avantages :

Je vais vous parler des avantages selon moi de cet acte :

  • pas besoin de passer sur la table d’opération, tout se fait en cabinet et sous anesthésie locale
  • l’acte ne dure que quelques minutes
  • après l’injection, le point G bénéficie d’un relief exacerbé qui vous permettra de mettre le doigt dessus plus facilement et d’être plus facilement stimulé lors de la pénétration/masturbation

Les inconvénients :

  • un effet non définitif. L’acide hyaluronique est résorbable donc l’effet dure pas plus d’ un an
  • un gonflement définitif nécessite une intervention chirurgicale en bloc opératoire avec l’injection de graisse du patient ou lipofilling
  • toute intervention même minime peut entrainer des complications : nécrose, infection, lésions de l’urètre…
  • cela a un coût : entre 500 et 1000 € l’intervention au cabinet. Je ne vous parle même pas de l’intervention chirurgicale définitive.
  • il faut trouver un praticien habitué

Est-ce réellement efficace ? Des études cliniques ?

Le point sur l’efficacité réelle de cet acte esthétique

La question qui vous brûle les lèvres est la suivante : est-ce que cela marche ? Et bien j’ai envie de vous dire que oui, d’un point de vue pratique, cela marche forcément. Vous allez avoir un point G plus gros. Mais ensuite ? What else ? Est-ce que se poser des implants de biceps pour un homme lui fera lever plus lourd en salle de muscu ? La réponse est non. Je trouve d’ailleurs tous les sites web de médecins esthétiques super bien foutus car ils le disent eux-même : augmenter la taille de son point G ne résout pas tout. Je l’ai lu plus d’une fois.

Un orgasme, c’est multifactoriel ! Ça, c’est bien vrai ! Personnellement, je trouve même que c’est contreproductif car en faisant grossir artificiellement votre point G, on vous mâche tout le boulot. Je ne vois alors pas comment on peut devenir vaginale comme ça en un claquement de doigts si on n’a pas fait un travail sur son point G, un vrai travail. Une Peugeot ne deviendra pas une Ferrari juste en lui substituant une carrosserie de Ferrari. Et le moteur alors ?!

En résonnant comme ça, vous allez juste régler une partie du souci. Votre point G ne va pas vous ouvrir les bras pour autant. Vous devriez plutôt faire ami-ami avec lui en faisant tout l’inverse de ce que vous faites aujourd’hui pour le connaitre (à savoir pas grand-chose). Analysez-le, comprenez-le, regardez-le quand vous vous masturbez (face à une glace), réveillez-le car si vous ne l’avez encore jamais « croisé » jusqu’à aujourd’hui, c’est qu’il est endormi ! Je le sais car c’était le cas de beaucoup de mes ex !

Des études cliniques sur la question ?

Il en existe, notamment celles du docteur Louis-Vahdat en 2005 (cf « L’amplification du volume du point G par injection de hyaluronate de sodium dans les baisses du désir et du plaisir féminin, 2005 ») ou encore du Dr Benattar (cf « L’amplification du point G, une nouvelle approche thérapeutique des dysfonctions sexuelles féminines ? Sexologies, 2005; XIV (51) : 5-10 ») et elles notent toutes une amélioration du plaisir. Là où il faut faire un focus, c’est le type de patientes qui ont recours à ce type de geste esthétique. Ce sont avant tout des patientes très spécifiques, des patientes anorgasmiques (impossibilité d’atteindre l’orgasme). Il y a donc un gap entre des femmes qui ont de vrais troubles sexuels et la majorité des femmes qui ont des difficultés à jouir avec leur point G, et ce en dehors de tout problème médical.

C’est important de le noter car si le gonflement du point G peut être un traitement chez certaines femmes face à un mur qui leur empêche de prendre du plaisir, chez 99% des autres femmes, il faut surtout reprendre l’éducation sexuelle à zéro. Et là, je vais me baser sur mon expérience et mes ex pour étayer mes affirmations.

Beaucoup de mes ex n’avaient jamais été vaginales et pourtant…

Le mal du siècle : la fainéantise !

C’est là que je veux en venir et selon moi, c’est super important. Quand je discutais de sexe avec mes ex, 95% d’entre-elles avaient du plaisir pendant la pénétration vaginale (seule ou avec leurs ex) mais cela s’arrêtait là. C’était très différent par exemple d’un orgasme clitoridien. C’était bon mais pas aussi puissant.

Sans me venter, en se mettant en couple avec moi, elles avaient alors compris ce que c’était d’avoir un orgasme vaginal. Dès lors, pour 99% des femmes, ce qui leur manque, c’est un éveil de leur conscience au fait qu’elles ont un point G, qu’il est localisé à quelques centimètres de l’entrée du vagin et qu’il y a une méthode pour l’exciter et le stimuler.

Le problème, c’est que oui, il faut faire quelques efforts pour jouir (et devenir fontaine) grâce à son point G et ça malheureusement, peu de gens veulent en faire aujourd’hui ! Je pense honnêtement que la plupart des femmes ne connaissent juste pas leur corps ! C’est pareil pour les hommes d’ailleurs vis-à-vis du corps féminin !

Le cas de mes ex

Je ne vous fais pas des reproches en vous traitant de faignante, ce n’est pas mon genre mais si je vous dis ça, c’est que j’étais un peu comme ça avant. Si j’avais mis mon énergie à connaitre le corps de la femme au lieu d’essayer de chercher des moyens faciles pour faire jouir sans se prendre la tête (on croirait un SPAM sexy) et bien je peux vous assurer que j’aurais été un bon amant beaucoup plus tôt !

Avant d’en venir à des solutions extrêmes, il faut donc se remettre en question. Pourquoi je vous dis ça ? Tout simplement par ce qu’on peut très bien n’avoir jamais eu d’orgasmes vaginaux de sa vie, n’avoir jamais trouvé son point G et pour autant un jour y arriver. On est dans une société de consommation rapide et on veut tout tout de suite. Devenir millionnaire sans lever le petit doigt, cela vous dit ? Cela dit à tout le monde mais c’est impossible. C’est un peu le problème selon moi qui fait qu’on préfère bruler les étapes même si le jeu n’en vaut pas la chandelle. (avec toutes les complications possibles)

Bref, j’ai eu pas mal d’ex dans ce cas et bien je peux vous dire qu’elles ont réussi à devenir vaginale et fontaine avec un peu de travail et surtout avec des bons conseils. Elles n’ont pas eu besoin de dépenser 1000 € pour savoir où se situait leur point G. Par contre, oui, il a fallu partir à sa découverte, le seul « remède » valable selon moi. Il faut être dans l’action, pas dans la passivité tout simplement parce-que le sexe féminin est un peu plus « complexe » (avec des guillemets). Ne vous inquiétez pas, quand on a les bons outils (ma méthode et mon blog), tout fonctionne comme sur des roulettes. 😉

Ma conclusion

Ma conclusion personnelle : mes ex auraient faites toutes les injections possibles et imaginables dans leur point G, je suis quasi certain que cela n’aurait pas servi à grand-chose pour la majorité d’entre-elles car elles n’auraient pas été plus avancées vu que le point G, c’était un parfait inconnu pour elles.

Moralité : achetez ma méthode. lol Sérieusement, il faut se connaitre soi-même et redécouvrir son corps avant d’essayer de trouver des solutions alternatives pas vraiment anodines (avec les risques que cela comporte). Il faut oser partir à la découverte de son sexe mesdames, je crois que c’est le plus dur pour beaucoup d’entre-vous. Je n’y manquerai pas d’y revenir dans ma formation.

Amicalement,

Nicolas

Continue Reading
Cliquez ici pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Catégories 🔍

Un Tuto Squirting 🎬

À Lire Absolument 🚨

Ma méthode en détails 💦