10 trucs pour donner un orgasme les doigts dans le nez

L’orgasme féminin, cet inconnu !

Stop au mythe !

L’orgasme féminin qui propulse les femmes sur une autre planète, le vrai de vrai, tout le monde en parle et en rêve. Que ce soit les filles lorsqu’elles papotent entre elles lors de leurs soirées entre copines ou les hommes lorsqu’ils discutent de leurs exploits sexuels avec leurs meilleurs amis, on le recherche tous. Et là je ne vous parle pas du petit orgasme qui vous fait pousser un petit cri mesdames. Je vous parle bien de cet orgasme qui vous fait trembler des pieds à la tête !

Certains se vantent de le donner à chaque relation sexuelle avec leur partenaire ou leurs plans culs (alors que c’est rarement le cas, désolé de vous décevoir messieurs). D’autres se demandent toujours comment il faut faire pour que ces dames soient dans un état tel qu’elles ne sachent même plus comment elles s’appellent…

Au final derrière la recherche de cet orgasme bien particulier, le Saint Graal comme j’ai envie de l’appeler, on cherche à répondre à une interrogation qu’on a tous après avoir fait l’amour. « Est-ce qu’elle a pris du plaisir avec moi ou pas du tout ? » avec la crainte qu’elle ait pu simuler…

L’arme ultime !

Et oui tout le monde cherche à donner du plaisir à sa partenaire. C’est pour ça que tous les hommes se triturent l’esprit à chercher des infos sur des forums spécialisés ou qu’ils s’empressent d’acheter des magazines prétendant leur révéler tous les secrets de l’orgasme féminin !

Cet orgasme ultime, il a bien un intérêt car s’il y a bien un orgasme avec qui on ne peut pas tricher, c’est bien celui là. Même les meilleures comédiennes auraient du mal à faire semblant qu’elles sont en train d’avoir un tel orgasme, je peux vous l’assurer.

Et je vais vous dire un secret. Il sert aussi à ce que votre partenaire s’accroche à vous, qu’elle ne regarde plus que vous et qu’elle n’ait pas envie d’aller voir ailleurs. Et oui, vous serez le seul à lui avoir fait connaitre ça mais chut cela reste entre nous ! 😉

L’intérêt de ma méthode vous allez le comprendre. Ce n’est pas juste de faire connaitre à votre partenaire un orgasme clitoridien ou un plaisir vaginal venant du mouvement de va-et-vient de votre pénis ou de vos doigts dans son intimité. Cela va bien au-delà, on vise un autre type d’orgasme et il en vaut la peine, croyez-moi !

Allez, quels sont mes conseils pour trouver la voie de cet orgasme faramineux ? Ils sont au nombre de 10, des trucs faciles à retenir et à savoir pour la mener à l’orgasme ultime !

1. Il faut déjà savoir de quoi on parle quand on parle d’orgasmes

Définissons-le !

Et oui je vous en parlais il y a quelques instants, il faut le définir cet orgasme que tout le monde cherche souvent en vain et pour cause. Comment le trouver quand on ne sait pas ce que l’on cherche ?!

Alors je vais vous dire une chose, vous pensez avoir déjà connu un orgasme féminin ? (côté homme ou côté femme) Ah oui et que s’est-il passé concrètement ? Votre femme a jouit comme on dit ? Elle a gémit très fort ? Elle a fait trembler les murs de votre chambre ? Et puis quoi d’autre ? Rien ? C’est tout ?

Alors je peux vous l’affirmer, que ce soit votre partenaire actuelle, vos ex et toutes vos conquêtes d’un soir, elles n’ont jamais connu l’orgasme de folie, le vrai. Et si c’était le cas, vous ne me diriez pas que c’était juste une histoire de décibels. Car le vrai orgasme ce n’est pas ça, c’est bien plus profond, que ce soit physique et mental j’ai envie de dire.

Il faut donc se poser la question suivante : quelle est la différence entre l’orgasme classique et le vrai, un orgasme auquel j’ai même donné plusieurs noms car il en existe plusieurs de ces orgasmes qui vous mettent la tête et le corps en vrac :

  • ce que j’appelle l’orgasme des pieds à la tête
  • ma création : l’orgasme objectif lune… encore un autre que je détaille dans ma méthode
  • l’orgasme du point G
  • le fameux orgasme fontaine
  • l’orgasme anal
  • l’orgasme clitoridien
  • le fabuleux orgasme utérin (des points P)

et en face comme je vous disais, l’orgasme de base j’ai envie de dire, celui qui est bon certes mais que votre femme oublie vite, trop vite…

Une recette tout sauf miraculeuse

Alors il ne faut pas se le cacher, l’orgasme féminin c’est quelque chose de difficilement définissable et la raison parait simple : on se demande tous et toutes quelle est la recette de ce pur moment de plaisir. Et au final à force d’en parler sans avoir une vraie et bonne façon de le trouver, beaucoup trop d’hommes mais aussi de femmes pensent que cette recette n’existe pas donc que l’orgasme ultime n’existe pas faute d’y avoir goûté. Mon dieu qu’ils ont tort !

Quand on a cet état d’esprit, quand on n’y croit pas ou qu’on n’y croit plus, la relation sexuelle devient compliquée. On mise tout sur le pur fruit du hasard pour connaitre cet orgasme (accompagné d’une fontaine ou non)… Et là il n’y a rien de pire pour aborder le sexe et le plaisir !

Mon avis sur la question

L’orgasme le vrai c’est pour moi celui qui vous remue de l’intérieur, celui qui coupe votre respiration tellement il est intense. C’est celui qui vous fait trembler, qui vous laisse hagard, qui vous fait remonter un tas d’émotions à la surface et qui peut même vous faire pleurer tellement il est intense. C’est celui qui contracte tous vos muscles, qui vous envoie une vague de plaisir du petit orteil à l’extrémité de vos cheveux, celui qui vous rend toute chose, cotonneuse pendant 30 minutes après votre orgasme voir même plusieurs heures après. Ce n’est pas juste un bruit qui sort de la bouche de votre partenaire, oh que non !

C’est la différence entre l’orgasme classique très bref et le vrai qui se propage !

Vous dire ce qu’il est réellement, c’est aussi prendre confiance en vous. Et oui, quand on sait quoi viser (et quand on sait comment faire), on arrive forcément plus facilement à son objectif car on a une façon de faire expliquée en détails donc on se détend et tout roule j’ai envie de dire car on s’enlève une barrière mentale, la barrière de l’échec.

2. Il faut échanger avec sa partenaire sur la sexualité

Parler, c’est essentiel !

Je le répète souvent car on ne le fait pas assez et le quotidien y fait pour beaucoup mais pour donner du plaisir il faut parler, discuter, échanger sur ce que l’on aime ou pas au lit. Bref, il faut communiquer. Cela parait un conseil bateau mais le faites-vous vraiment ? Posé au calme avec celle que vous aimez, est-ce que vous lui avez déjà demandé ce qui la faisait vriller sous la couette que ce soit en terme de positions, de préliminaires… ?

Je pense que vous n’avez peut-être jamais tout simplement osé. Il est vraiment temps de vous y mettre car c’est important et vous aurez beau être le meilleur, si vous ne savez pas ce qu’elle aime, cela ne servira à rien car votre femme est unique. Donc pour savoir il faut lui poser des questions et ce n’est pas moi qui pourrai le faire à votre place mais c’est bien vous ! Il faut juste vous lancer et je sais bien que ce n’est pas forcément évident mais elle vous aime donc elle attend ça de vous, croyez-moi !

Discutez pour ouvrir son esprit !

Parler permet aussi de casser certaines barrières : peut-être que votre femme se met des limites dont elle a peur de vous parler justement parce-que la communication dans votre couple n’est pas vraiment présente.

Je me souviens d’une ex qui freinait ses orgasmes à cause d’une chose très bête mais qui avait pourtant un vrai impact sur son plaisir. Vous savez ce que c’était ? En fait elle n’osait pas se laisser aller en terme de cris et de gémissements car elle avait peur de ma réaction. Elle se contenait à ce niveau et donc elle contenait aussi inconsciemment son orgasme. Le jour où je lui ai dit : « avec moi tu peux te lâcher complètement », c’est là qu’elle m’a demandé si cela ne me gênait pas qu’elle fasse un peu de bruit pendant l’amour. Elle a commencé à hurler et gémir comme une bête féroce (c’est vrai qu’elle avait tendance à crier fort, je peux donc comprendre sa crainte). C’est ça qui l’a débloqué et elle a eu de sacrés orgasmes par la suite… Comme quoi un détail change la donne mais pour ça il faut parler !

3. Les pré-préliminaires, c’est la première clé de cet orgasme

C’est une de mes inventions entre guillemets et je les appelle les pré-préliminaires. C’est à dire tout le jeu amoureux et sexuel qui doit précéder la relation sexuelle bien entendu mais qui doit surtout précéder les préliminaires. Il faut voir ça comme une mise en appétit entre guillemets avant de passer aux choses sérieuses. Le but est de toucher et d’exciter l’esprit et l’imagination de votre partenaire avant même de toucher physiquement son corps. C’est tout un art et c’est très important car la mise en condition est essentielle dans ce type d’orgasme fou.

Des exemples ?

Cela peut être un SMS coquin envoyé le midi alors qu’elle est en pause déjeuner. Cela peut être un mot cochon glissé dans le creux de son oreille dans l’ascenseur alors que vous arrivez chez vous. Ou même au restaurant, cela peut être une petite phrase chuchotée qui lui donnera envie de rentrer très vite après le dessert ou même un regard que vous échangez.

Il faut faire grimper son envie de faire l’amour et lui faire miroiter le plaisir qu’elle va prendre avec vous dans une heure ou à la fin de la journée. Le but est de la faire mijoter et ça je peux vous dire que cela fait une grosse partie du boulot pour l’amener au plaisir ultime. La femme est une « créature mentale », ne l’oubliez jamais !

4. Les préliminaires, la seconde clé de cet orgasme

Les préliminaires on y pense mais on l’oublie trop souvent car faire de bons préliminaires cela ne se résume pas à 10 secondes de caresses ou de french kiss, non pas du tout. Il faut vraiment y passer du temps. Et mon dieu qu’il y a des choses à faire en matière de préliminaires. Vous pouvez y passer 20 minutes, 30 minutes voir même beaucoup plus.

Embrassez-la, massez-la et faites en sorte de ne pas vous ruer sur son sexe. Plus vous attendez plus son sexe sera prêt justement à recevoir vos papouilles. Les préliminaires servent à exciter la vulve et le vagin de votre partenaire justement et à faciliter le contact de vos doigts, de votre pénis sur et dans son sexe, pensez-y. Il faut donc viser les zones érogènes secondaires et tertiaires pendant ces préliminaires. Dites-vous bien que tant que vous n’avez pas parcouru son corps de A à Z, ne vous donnez pas le droit de toucher à son sexe.

5. Prenez votre temps pour faire jouir

Je fais toujours le parallèle suivant. Imaginez que votre femme se jette sur votre pénis pour le masturber alors qu’il est au repos et qu’en plus vous ne soyez pas du tout dans une situation propice à une érection. L’intérêt est nul, n’est-ce pas ? C’est même assez gênant physiquement parlant. Et bien c’est pareil pour votre partenaire mais on n’y pense pas car le sexe féminin est interne. Donc on ne sait pas vraiment quand elle est à point entre guillemets. Dès lors pour amener votre partenaire dans un état propice à son excitation, dans 90% des cas il vous faudra prendre votre temps pour justement lui donner une érection interne.

C’est la différence entre les hommes et les femmes, les hommes pouvant avoir une érection en 10 secondes. Les femmes sont un peu plus longues à la détente j’ai envie de dire. C’est donc dans toute cette phase pré-sexe pure et dure que le temps est important.

On dit que le temps c’est de l’argent mais en matière de sexualité, le temps c’est surtout le gage de prouver à votre partenaire que vous faites un focus sur celle que vous aimez, que vous voulez bien faire les choses, que vous ne voulez pas vous précipiter car vous profitez de l’instant présent avec elle, un moment que vous voulez faire durer. Et ça dans l’esprit de votre partenaire c’est un très bon déclic pour lui donner envie de passer à un rapprochement encore plus sexuel. Vous faites murir le futur orgasme qui se prépare en quelque sorte. Car oui un orgasme cela se prépare bien avant la pénétration de votre pénis ou de vos doigts et le temps que vous passez à la caresser par exemple, à l’effleurer cela joue en votre faveur.

6. Jouez sur plusieurs tableaux pour mieux jouir

L’erreur numéro un c’est de faire une fixation sur le sexe féminin comme seule source du plaisir et de l’orgasme. Ne cherchez pas plus loin si vous vous demandez pourquoi l’orgasme ne vient pas.

Dites-moi, que fait votre partenaire quand elle vous fait une fellation ? Elle ne vise que votre gland ? Pas du tout, ses mains parcourent vos cuisses, votre torse, elle vous embrasse avec la langue puis elle revient vers votre sexe etc. Elle additionne même plusieurs sources d’excitation.

Chez une femme tout est interconnecté donc titiller ses seins, ses tétons… c’est faciliter la survenue de l’orgasme. Car en vous occupant de son corps dans son entièreté, vous vous occupez aussi indirectement de son sexe. Et je dirais même mieux, n’hésitez pas alors à combiner plusieurs zones de son corps pour lui donner un maximum de plaisir (seins + clitoris, clitoris + point G…), vous en mettrez alors une seconde couche pour faciliter la libération de son orgasme !

7. Faites travailler tous ses sens

J’en parle dans ma méthode mais le sexe et surtout l’orgasme qui fera grimper aux rideaux votre femme, ce n’est pas juste une histoire de doigts bien placés sur une zone censée la faire jouir. Et non, cela va bien au-delà de tout ça. Il faut faire travailler tous les sens de votre partenaire : le toucher certes mais aussi la vue, le goût, l’ouïe et l’odorat. Cela passe par une musique douce, de l’encens… faites travailler votre imagination.

8. Soyez présent avec elle

Être présent pour moi ce n’est pas juste être là (votre enveloppe charnelle) dans la pièce avec votre partenaire, cela va bien plus loin que ça et cela joue sur son orgasme, croyez-moi.

C’est donc lui montrer que vous êtes aux manettes et donc que vous maitrisez. Comment ?

C’est certes maitriser les techniques et c’est une question de savoir mais c’est aussi maitriser votre respiration (les deux partenaires calant leur respiration (profonde) l’une sur l’autre), avoir le bon regard, lui faire passer la bonne émotion et la bonne énergie… lui montrer qu’elle peut se reposer sur vous. Vous ne devez pas être distrait, ailleurs… Soyez comme un chef d’orchestre les deux pieds encrés dans le sol.

Et pour ce faire, videz votre esprit avant de faire l’amour pour ne plus être bousculé et embrumé par les tracas du quotidien. Pas besoin de méditer, je vous rassure, faites quelque chose qui vous détend : écouter de la musique, boire un petit verre de vin s’il le faut…

Vous devez « être bien » car c’est vous qui donnez le tempo. Donc votre état d’esprit joue sur celui de votre partenaire, ne l’oubliez pas. Dès lors, si cela se passe mal au boulot par exemple, il va falloir faire une coupure avant de faire des coquineries sinon cela risque de mal se passer, c’est certain !

9. Vous êtes deux, ne l’oubliez pas

Et oui et la je parle surtout à ces dames, ne pensez pas que votre partenaire doit tout faire pour vous mener à l’orgasme. Je le détaille dans ma méthode mais vous avez aussi un travail à effectuer mentalement mais aussi physiquement avec le muscle PC notamment.

La relation sexuelle porte bien son nom, cela se fait en duo donc cela doit être un partage du plaisir mais aussi du boulot pour vous amener au plaisir ultime.

C’est une façon pour moi aussi de rassurer ces messieurs qui seront plus zen en comprenant que toute la pression ne doit pas reposer uniquement sur leurs épaules et que si vous n’avez jamais eu d’orgasme mesdames, ce n’est pas que de leur faute. Les torts sont partagés entre guillemets mais pas d’inquiétude, le principal c’est de changer et d’évoluer à deux et d’apprendre de ses erreurs avec mille guillemets autour du mot erreur.

10. Il faut savoir et pour savoir il faut apprendre, c’est le b.a.-b.a

L’apprentissage, c’est important !

Savoir avec un grand S cela ne tombe pas de nulle-part. Vous allez devoir savoir quoi faire, quand le faire, où le faire. C’est un peu un conseil lié à mon conseil précédant car vous savez on a tous nos points faibles mais il y a un mais. On ne peut pas se plaindre de faire mal quand on s’obstine à ne pas apprendre et ne pas savoir c’est un tort uniquement quand on fait son Calimero et qu’on n’essaye pas d’avancer et d’évoluer dans le bon sens.

Ne pas savoir telle ou telle chose, ce n’est pas un problème. Moi-même je ne connais pas tout et j’ai certainement encore des choses à apprendre. Là où cela pose problème c’est quand on croit justement tout savoir ou quand on baisse la tête en se disant « je suis nul, cela ne sert à rien que je fasse des efforts vu que cela ne marchera pas »… c’est là qu’on a tort !

Savoir pour avancer à deux…

Votre premier tort ce n’est donc pas de ne pas savoir mais de faire la politique de l’autruche quand vous sentez que quelque chose cloche !

Et vous savez, savoir permet aussi de comprendre qu’il n’y a pas d’orgasme automatique. Ne pas en avoir le jeudi et d’en avoir le samedi, c’est normal car il existe un tas de facteurs qui font que votre partenaire aura un orgasme ou non. Cela permet de faire déculpabiliser chaque partenaire donc de déstresser et de profiter de l’instant présent sans penser orgasme tout au long de la relation sexuelle. Il n’y a rien de pire c’est clair pour qu’il ne se produise pas dans ce cas !

Vivez et profitez de ce moment à deux avant tout !

Amicalement,

Nicolas

PS : Bien entendu ce ne sont que quelques conseils, je vous en dis mille fois plus et en détails dans ma méthode et notamment dans les modules Essentiels, des conseils que vous pourrez mettre en pratique tout de suite !

Continue Reading
Cliquez ici pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Catégories 🔍

Ma méthode en détails 💦

Les conseils essentiels 😍

Un 2nd extrait gratuit! 🎁